Ils sont « Emouna » à la rencontre des religions

« Le 13 novembre dernier, Sciences Po Paris et les fondateurs de la formation interreligieuse « Emouna », portée par plusieurs institutions bouddhiste, catholique, juive, musulmane, orthodoxe et protestante, ont présenté le documentaire « Dieu à l’école de la République ». Expérience, efficace, de la découverte de l’autre. » Une expérience intéressante à découvrir dans Paris Notre-Dame et… à développer plus largement ?

Pierre, Paul et Anne, c’est rien que des cloches !

« Après 32 mois de travaux à l’église Saint-Pierre de Caen, les cloches, descendues pour raisons de sécurité, vont pouvoir sonner, tinter, retentir, résonner dans les rues de la Ville aux Cents clochers. » Voir le reportage sur France 3 régions >>

Ils sont fondus de leur passion

Saviez-vous qu’il existait un championnat du monde de fondue ?

« L’événement se veut très sérieux. « On n’est pas du tout là pour la déconne ! » Jérôme Lefevre fait partie des jurés chargés de désigner le champion ou la championne du monde de fondue 2019. Ce restaurateur suisse est formel : si la recette peut changer, interdiction de parler de fondue savoyarde.« La fondue est quand même suisse », affirme le juré.« Le fromage, ce doit être obligatoirement du vrai gruyère. En France, vous avez de l’emmental avec des gros trous dedans, alors que nous il est sans trous. Là-dessus, on ne peut pas discuter. » » Pour en savoir plus sur cet événement qui donne le sourire, c’est sur France Info TV >>

Un stop aux énergies fossiles !

Good news pour l’humanité ! « Après une longue discussion, nous sommes parvenus à un compromis pour mettre fin au financement par la banque de projets liées aux énergies fossiles (…), dont le gaz, à partir de la fin de 2021.” En lire davantage sur le Huffington Post >>

À Beaujolais nouveau, outres neuves ?

« Le marathon du Beaujolais, au moment de l’arrivée du Beaujolais nouveau, c’est une course qui attire chaque année plus de 15.000 coureurs. Il faut dire que le Beaujolais est une très belle région et le parcours vallonné traverse les vignes et les propriétés viticoles pour le ravitaillement… Il y a toujours de quoi se désaltérer ! Mais le parcours du marathon passe aussi devant l’Eglise Notre-Dame de Villefranche-sur-Saône, la capitale du Beaujolais. Il y a quelques années, les paroissiens ont eu l’idée de faire le marathon de la prière. » Une initiative aussi souriante que spirituelle à découvrir sur RCF >>

« Dieu dans mon taxi »

Il y avait eu jadis un Dieu dans le métro peut-être à actualiser mais, et Dieu chez les chauffeurs de taxi ? Pierre Jova, journaliste à La Vie, nous emmène à leur rencontre au-delà d’un simple trajet. À lire par ici >>

W-e prolongé… et petite soirée ? N’oubliez pas !

Affiche pour présenter la bière de Saint-Wandrille

Si vous avez l’occasion d’une petite soirée ce week-end, ,n’oubliez pas qu’il existe une prière de la bière, écrite par le pape Paul V lui-même. En voici le contenu :

Benedic, Domine, creaturam istam cerevisiae, quam ex adipe frumenti producere dignatus es : ut sit remedium salutare humano generi, et praesta per invocationem nominis tui sancti ; ut, quicumque ex ea biberint, sanitatem corpus et animae tutelam percipiant. Per Christum Dominum nostrum. Amen.

Divine Box

Article en partenariat avec nos amis de Divine Box >>

« Ceux qui vont mourir nous apprennent à vivre »

Marie de Hennezel explique « en quoi un texte du père Maurice Zundel, L’expérience de la mort, lui a permis de mieux appréhender ce passage. «L’essence de mon être ne va pas mourir avec la mort de mon corps», affirme Marie de Hennezel. «L’après reste un mystère mais quelque chose de moi, de mon essence, ressuscitera». La mort envisagée non pas comme un mur, mais comme une porte s’ouvrant sur la vie éternelle: telle est la certitude qui habite les chrétiens. Le 2 novembre est aussi une journée pour laisser place à cette espérance, qui trouve son fondement dans la mort et la résurrection du Christ. » Un très bel entretien à découvrir sur Vatican News >>

La sainteté, c’est…

« La sainteté, c’est la vie de celui qui porte le poids du jour avec joie et constance, sans râler, sans rendre les autres responsables de ses problèmes, de ses difficultés, voire de ses échecs.

Car un saint peut aussi échouer. La sainteté ne veut pas dire succès, réussite garantie. C’est aussi une capacité d’encaisser des difficultés sans être perturbé.

La sainteté, ce n’est pas non plus de faire des sourires artificiels alentour et d’avoir l’air toujours content. »

Lire la totalité de la belle homélie du p. Pierre de Charentenay sur le site des jésuites >>

Des seniors à l’Abord’âge !

Un bien beau défi raconté par le journal La Vie : « Quatre seniors, âgés de 60 à 71 ans, vont s’élancer des îles Canaries pour traverser l’Atlantique à la rame sans assistance, direction la Martinique. Ce défi baptisé « À l’Abord’âge » entend promouvoir le sport pour bien vieillir !« 

Les plumes, des appels de Dieu ?

« Le synode sur l’Amazonie se termine ces jours-ci. L’Eglise s’interroge à partir d’une région particulière, mais c’est dans l’idée que ce qui se vit là-bas nous concerne tous, quel que soit le lieu où nous habitons. De fait, ce synode n’est pas mené selon une logique purement locale, sa visée est aussi de mettre à jour des questions qui, en réalité, concernent toute l’Eglise… » un billet court mais efficace du p. Étienne Grieu à lire ! >>

Vous avez dit Ecojesuit ?

C’est un jésuite sans e final passionné par l’écologie ? C’est surtout une belle production des jésuites : 24 fiches pour mieux découvrir comment vivre l’esprit de Laudato si, si important pour notre planète et nous tous ! On peut retrouver ces fiches par ici >>

Hors normes

« Huit ans après le succès d’Intouchables, Eric Toledano et Olivier Nakache reviennent avec Hors Normes, à l’affiche le 23 octobre. Un film engagé sur la situation des jeunes autistes « hypercomplexes » et d’associations qui les accueillent. » Comment parler de ceux qui sont souvent rejetés ? Un entretien à lire dans Ombres et Lumières >>

« Un chrétien est plus un prophète qu’un militant »

– Avons-nous le droit de perdre l’espérance ?

Martin Steffens – L’espérance est une vertu. Elle s’exerce donc chez nous au moment où nous sommes sur le point de la perdre. Nous ne sommes pas courageux si nous n’avons pas d’abord peur. Cela signifie qu’il y a un combat. Un combat, ici, contre le désespoir. L’espérance alors est de se dire que, de la même façon que Jésus a bien voulu « tomber » dans une crèche, Dieu « tombera » dans cette plaie-là, dans cette société-là, dans cette réalité-là. Il nous faut chercher la vie dans les démarches de mort. Peut-être en s’inspirant de la posture du prêtre confesseur qui apporte la lumière de la miséricorde de Dieu et vit quelque chose de la Passion. En acceptant de souffrir de ce dont notre monde souffre. » Une très belle interview à découvrir dans Paris Notre-Dame >>

Un pacte dans les catacombes !

Glauque ? Que nenni ! Plein d’espérance en réalité ! « A l’image du serment fait en 1965 par une quarantaine de participants au Concile Vatican II de mettre les pauvres au cœur de leur action pastorale, des participants au synode pour l’Amazonie ont, ce dimanche, signé un texte similaire en quinze points afin de « protéger la Maison Commune ». » En lire davantage sur ce très beau geste dans Vatican News >>