Le protestantisme français adresse une déclaration fraternelle au judaïsme

« ‘À de rares exceptions près, les réformateurs ont reproduit la pensée anti-juive séculaire qui s’enracinait dans une certaine lecture du Nouveau Testament. Ils n’ont pas su s’extraire de l’opposition à Israël dans laquelle l’Église s’était installée’, reconnaît le texte.
La FPF ‘rejette’ les propos violemment anti-juifs consignés par Luther dans des écrits de 1542-1543 et ‘continue à dénoncer avec la plus grande fermeté l’exploitation qui a pu en être faite' ».

Lire (en français) dans The Times of Israel

Une sainte catéchiste : Léontine Dolivet

Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes, vient de déclarer solennellement l’ouverture de la cause de béatification de Léontine Dolivet. Elle est née le 28 décembre 1888 à Betton (Ille-et-Vilaine) et décédée le 14 novembre 1974, également à Betton. Pendant 53 ans, elle s’est occupée du catéchisme dans sa paroisse.

Elle prononce des vœux privés de chasteté et de pauvreté et se consacre au Cœur de Jésus en 1917. Sa vie était rythmée par la messe, par les prières au fil de la journée, par la préparation du catéchisme et par une retraite annuelle qu’elle faisait à son domicile en invitant ses proches à ne pas lui rendre visite pendant ces dix jours. Elle a vécue en carmélite chez elle, en accomplissant son oeuvre de catéchiste volontaire pendant soixante-huit années.

Ma vie chrétienne consiste à vivre simplement ma messe tout au long du jour … vivre toujours entre deux messes. Ma vie doit ressembler à une procession du Saint Sacrement qui s’en va de reposoir en reposoir et, entre chaque reposoir, on ne cesse de prier … Par l’Eucharistie, j’ai à devenir un ostensoir, un ciboire vivant qui montre Jésus aux autres.

a

 

Elle enseignait à Betton le catéchisme aux garçons, « mes garçons » disait-elle. L’un d’entre eux se souvient d’une « petite dame toujours souriante » qui ne s’énervait jamais et qui dispensait le catéchisme avec une certaine modernité.

Ma mission est de donner Dieu aux âmes et les âmes à Dieu. En tant que catéchiste, je dois essayer de vivre dans l’union à Dieu la plus intime. Je ferai du bien aux âmes dans la mesure où je serais unie à l’Ouvrier Divin, dont je suis le petit instrument, pour favoriser l’union entre les catéchistes, donner l’apostolat de l’exemple, et témoigner un amour maternel aux enfants. Je veux cet apostolat aussi parfait, aussi pur, aussi désintéressé que possible.

Une phrase était sa devise : « Comme le Bon Dieu voudra. »

Une web tv catholique

Le service communication de la Conférence des Évêques de France vient de lancer une web-tv : TV.catholique.fr
Il s’agit d’un agrégateur de vidéos, en partenariat avec KTO, TV-Lourdes, RadioVatican et le CFRT.

Cette plate-forme répond à l’exigence qui consiste à montrer les diversités qui composent l’Église et qui la font vivre; elle permettra d’augmenter la portée des vidéos diocésaines ou de mouvements et associations.
Elle permet au porte-parole ou à toute personne « autorisée » de réagir à l’actualité immédiate ou, au contraire, de « créer l’évènement » en prenant position.
Les médias, diocèses, mouvements, associations et tous les internautes trouveront sur tv.catholique.fr des repères et des points de vue catholiques sur l’actualité « prêts à partager ». Tv.catholique.fr n’est pas un média d’information continue mais doit proposer un regard sur l’actualité.

Amoris Laetitia : 5 étapes pour comprendre

Voici un petit résumé de ce que je pense avoir compris des indications du Pape François dans Amoris Laetitia, au sujet de l’accompagnement des personnes divorcées-remariées et de leur accès aux sacrements :

1- Au n° 84 de Familiaris Consortio, Jean-Paul II invitait les pasteurs à bien discerner les diverses situations : une même situation objective ne correspond pas toujours à la même histoire personnelle. Cependant, dans ce même n° 84, il rappelait que les divorcés-remariés ne pouvaient être admis à la communion.

2- Dans Amoris Laetitia, le Pape François commence par rappeler que la doctrine du mariage et des autres sacrements ne change pas, ni la législation canonique. Le sacrement du mariage est indissoluble. La réception des sacrements nécessite d’être en état de grâce.

3- La charité pastorale cherche précisément à aider concrètement les personnes qui veulent sortir d’une situation bloquée et avancer sur le chemin de la sainteté conjugale et familiale. C’est le principe de la loi de gradualité. Au n° 300, le Pape donne aux pasteurs un itinéraire d’accompagnement pour ces personnes. C’est un chemin de conversion très exigeant : « Les divorcés remariés devraient se demander comment ils se sont comportés envers leurs enfants quand l’union conjugale est entrée en crise ; s’il y a eu des tentatives de réconciliation ; quelle est la situation du partenaire abandonné ; quelles conséquences a la nouvelle relation sur le reste de la famille et sur la communauté des fidèles ; quel exemple elle offre aux jeunes qui doivent se préparer au mariage… Ce discernement ne pourra jamais s’exonérer des exigences de vérité et de charité de l’Évangile proposées par l’Église ».

4- Au n° 301, il rappelle que « L’Église a une solide réflexion sur les conditionnements et les circonstances atténuantes. Par conséquent, il n’est plus possible de dire que tous ceux qui se trouvent dans une certaine situation dite ‘‘irrégulière’’ vivent dans une situation de péché mortel, privés de la grâce sanctifiante ». Il s’appuie sur saint Thomas d’Aquin et sur le Catéchisme de l’Église Catholique (Ce point – central – est discuté par certains théologiens moralistes… à suivre, donc).

5- Partant de là, au n° 305 : « À cause des conditionnements ou des facteurs atténuants, il est possible que, dans une situation objective de péché – qui n’est pas subjectivement imputable ou qui ne l’est pas pleinement – l’on puisse vivre dans la grâce de Dieu, qu’on puisse aimer, et qu’on puisse également GRANDIR dans la vie de la grâce et dans la charité, en recevant à cet effet l’aide de l’Église ». Et cette aide de l’Église, il est précisé dans la fameuse note 351 qu’il peut s’agir, « dans certains cas », des sacrements.

Au final, il n’est donc pas question de brader les sacrements du mariage, de l’Eucharistie ou du pardon, mais d’aider et d’accompagner ceux qui veulent réellement se convertir, changer de situation et grandir en sainteté. C’est un processus long et très exigeant ! Cet accompagnement est le propre de la mission pastorale de l’Église (l’une de ses trois mission, les « tria munera »).

 

Décès de Mgr Echévarria, prélat de l’Opus Dei

Lundi soir 12 décembre 2016, en la fête de Notre-Dame de Guadaloupé, Mgr Javier Echévarria, évêque prélat de la prélature personnelle de l’Opus Dei, est décédé, muni des sacrements de l’Eglise et entouré de la prière de tous les membres de sa famille spirituelle.

Agé de 84 ans, Mgr Echévarria avait très bien connu saint Josémaria Escriva, le fondateur de l’Opus Dei. Il fut son secrétaire pendant plus de 20 ans, avant de devenir son deuxième successeur, après le bienheureux Alvaro del Portillo.

Comme l’indique le site de l’Oeuvre en France, un successeur devra être élu d’ici un mois.

Dans un télégramme, le Pape François a fait part de sa proximité, de sa prière et de son action de grâce pour l’amour et le service de l’Eglise et des âmes dont a fait preuve Mgr Echévarria.

Comment l’Eglise peut-elle servir la Paix ?

L’association AED – « Aide à l’Église en Détresse » organise un important colloque sur l’Eglise au service de la Paix dans le monde. Il aura lieu à Paris le 3 décembre prochain.

e

D’où vient l’ascension ful­gurante du terrorisme isla­miste ? Pourquoi l’Europe est l’une de ses cibles privilégiées ? Comment l’Église peut-elle agir de manière concrète auprès des gouvernements et des populations pour ap­porter la paix ?

Intervenants :

Lire la suite

Vikings et Bretons, Dieu nous aime !

C’est une histoire peu banale qui nous est racontée sur le site du diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo. Elle est celle de la solidarité millénaire entre catholiques norvégiens et bretons.

Il y a 1002 ans, l’armée de saint Olav, futur grand roi chrétien, a délivré la ville de Dol de Bretagne de l’emprise des viking danois qui l’occupaient. Un événement qui a favorisé l’essor de l’église bretonne encore bien fragile.

Un jumelage informel s’est instauré entre le diocèse de Rennes et celui de Trondheim, le premier offrant un magnifique confessionnal pour la toute nouvelle cathédrale du second.

Et déjà l’archevêque d’Oslo avec humour a invité les fidèles à s’en approcher, en disant : « utilisez-le ! »

A noter que la communauté catholique de Trondheim vit une forte croissance numérique, puisqu’en l’espace de moins de 45 ans elle a été multipliée par dix !

La Conférence épiscopale française, l’UNESCO et Jérusalem

Dans un courrier daté du 10 novembre adressé à Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’Unesco, Monseigneur Jordy – président du Conseil pour l’Unité des Chrétiens et les Relations avec le Judaïsme, au sein de la Conférence des évêques de France – réagit à la résolution du 13 octobre dernier au sujet de « la protection du patrimoine culturel de la Palestine et le caractère particulier de Jérusalem Est ».

Cette résolution pose un certain nombre de questions.

En effet, la foi chrétienne s’enracine dans une histoire, dans un peuple et dans des lieux. En ce sens, l’Eglise catholique a toujours gardé comme un trésor précieux l’ensemble du texte biblique et elle manifeste son attachement à la Terre Sainte, particulièrement la ville de Jérusalem.

Or la résolution du 13 octobre dernier semble ignorer le lien du peuple juif et, en conséquence, de la tradition chrétienne, avec Jérusalem.

 

Monseigneur Le Saux consacre son diocèse au Sacré Cœur

En cette clôture du Jubilé de la Miséricorde, l’évêque du Mans a consacré le diocèse au Cœur de Jésus.

Pour signifier que le Cœur du Christ transpercé sur la croix, par lequel se révèle la miséricorde, reste ouvert à tous et que nos propres cœurs doivent eux aussi rester ouverts à tous, je souhaite confier de manière particulière et publique au Cœur du Christ notre diocèse : tous les baptisés, les familles, les diacres, les prêtres, les religieux, les religieuses et les consacrés ; ainsi que toutes les personnes qui vivent dans notre diocèse, en particulier les plus pauvres, les plus souffrants, les exclus. C’est une manière de nous livrer ensemble à la miséricorde de Dieu pour que soit accordé à tous de découvrir combien nous sommes aimés de Dieu et que rien ne peut arrêter sa miséricorde.

b

Colloque « Penser le suicide »

L’université de Strasbourg organise un colloque interdisciplinaire sur le sujet sensible et douloureux du suicide. Outre les aspects sociologiques, psychologiques et théologiques, seront abordés les questions éthiques actuelles de la fin de vie, de l’euthanasie et du suicide assisté. La faculté de théologie catholique est co-organisateur.

Présentation sur le site du diocèse de Strasbourg :

Le suicide pose à la conscience de l’être humain d’innombrables et redoutables questions, d’ordres tout à fait divers : celles de la liberté et du rapport à soi ; celles du lien social et du rapport aux autres ; celles de l’interdit et de sa transgression ; celles des limites entre le normal et le pathologique ; celles du sens et du prix de la vie et de la confrontation à l’absurde ; celles des conditions de vie et du harcèlement au travail ; celles, enfin, de la fin de vie et de la dignité des malades et des vieillards. L’enchevêtrement de ces multiples registres risque fort d’embrouiller la réflexion et de parasiter le débat, voire de faire de la réalité du suicide une insondable aporie. Peut-on, à proprement parler, penser le suicide ?

La Vierge de Rocamadour veille sur les marins du Vendée Globe

La Vierge Noire du célèbre sanctuaire de Rocamadour est particulièrement honorée par les marins de toutes les mers. Nombreux sont les récits de naufrages où la Vierge Marie, « Stella Maris », est venue secourir les équipages en péril.

C’est sous sa maternelle protection que vont concourir les navigateurs du Vendée Globe, qui s’élanceront des Sables-d’Olonne dimanche 6 novembre, pour effectuer leur tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance. La statue mariale restera au port vendéen jusqu’au retour – sains et saufs – du tous les skippers.

« Les juifs sont nos frères aînés dans la foi »

Le site de la Conférence Épiscopale des Évêques de France consacre un important entretien au Père Louis-Marie Coudray, qui vient de prendre ses fonctions comme directeur du Service national pour les relations avec le judaïsme (SNRJ).

Ce bénédictin d’Abu-Gosh (abbaye française située en Israël) évoque les enjeux de sa mission : relations avec les communautés juives de France – qu’elles soient religieuses, culturelles ou laïques – , coordinations des différents groupes de rencontres judéo-chrétiens, conseil auprès des évêques.

Depuis les 50 ans de la déclaration conciliaire Nostra Aetate (1965), les relations fraternelles entre juifs et catholiques sont actuellement dans une phase d’approfondissement, mais se heurtent encore parfois à certains relents d’antisémitisme, « y compris dans l’Eglise ».

Le prix Sakharov 2016 est décerné à deux femmes Yézidies rescapées de Daech

Prix SakharovNadia Mourad Bassi Taha et Lamiya Aji Bachar ont toutes deux survécu à l’esclavage sexuel auquel les avait soumises l’État islamique (EI) et sont devenues les porte-parole des femmes victimes des violences sexuelles de cette organisation terroriste. Elles sont les porte-drapeaux de la communauté Yézidie en Iraq, une minorité religieuse qui a été la cible d’un génocide perpétré par les combattants de l’EI.

Le prix Sakharov pour la liberté de l’esprit, nommé en l’honneur du scientifique et dissident soviétique Andrei Sakharov, fut créé en 1988 par le Parlement européen pour honorer les personnes ou les organisations qui ont consacré leur existence à la défense des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

Les candidats au prix Sakharov sont nommés par les membres du Parlement européen. Les nominations sont évaluées lors d’une réunion de la commission des affaires étrangères et de la commission du développement. Le prix Sakharov, doté de 50 000 euros, est remis par le président du Parlement européen en session plénière à Strasbourg.

Pour en savoir plus : le site du parlement européen.

En Irak, la croix se dresse à nouveau

La petite ville de Bartella a été reprise sur Daech. Sitôt arrivés, les combattants chrétiens ont érigé une grande croix de bois sur le sommet de l’église, là où les islamistes l’avaient précédemment abattue. Dans l’église dévastée, ils se sont mis à genoux et ont prié.

Appeler au sacerdoce est « une mission urgente », en vue de l’évangélisation

C’est ce qu’a rappelé le Pape François aux 300 participants de la Convention internationale sur les vocations sacerdotales, organisée à Rome par la Congrégation pour le Clergé.

La vocation est un appel que Dieu adresse à un jeune. Il s’agit d’une rencontre avec le Seigneur : « La vocation commence par un regard de miséricorde qui s’est posé sur moi ». Si Pastorale des Vocations il y a – et le Pape s’est dit un peu craintif quand à l’emploi de ce genre d’expression ecclésiale – elle ne peut pas être le seul résultat d’un programme élaboré dans un bureau. Les évêques et les prêtres sont des instruments privilégiés du Seigneur pour appeler des jeunes à suivre le Christ et à servir l’Eglise et le monde en tant que prêtres. En vivant à plein leur mission d’évangélisation, ils deviennent des ouvriers pour la moisson entraînant d’autres ouvriers : « N’ayez pas peur d’annoncer l’Évangile, de rencontrer, d’orienter la vie des jeunes. Et ne soyez pas timides pour leur proposer la voie de la vie sacerdotale. » De fait, les communautés chrétiennes évangélisatrices sont le berceau des vocations au sacerdoce et à la vie consacrée.

« Tu ne tueras point », le nouveau film de Mel Gibson

Ce film raconte l’histoire vraie de Desmond Doss, recruté comme infirmier dans l’US Army pendant la seconde guerre mondiale, refusant obstinément de porter une arme en tant qu’objecteur de conscience, et qui, armé de sa seule foi est devenu un des plus grands héros (il a reçu la Medal of Honor, la plus haute distinction militaire des Etats-Unis) en sauvant des dizaines de vies sous le feu de l’ennemi pendant la bataille d’Okinawa.

Il est co-distribué en France par SAJE-distribution (« Cristeros », « Pape François », « Le 13ème jour », etc.). La sortie en salle est prévue le 9 novembre.

Saint Martin le Miséricordieux

dPour commémorer l’année jubilaire de la Miséricorde, la Cité-État du Vatican a frappé une pièce de 2 euros représentant Saint Martin.
Cette année 2016 correspond en effet au 1700ème anniversaire de la naissance de l’Apôtre des Gaules, né dans l’actuelle Hongrie, mort à Candes-Saint-Martin (Indre-et-Loire) et enterré à Tours.
La tradition orientale l’honore sous le titre de « Saint Martin le Miséricordieux ». Du partage de la moitié de son manteau d’officier romain, au partage de la Foi catholique, l’humble Martin nous enseigne que la compassion et l’évangélisation procèdent du même mouvement d’un cœur brûlé de l’amour de Dieu.

La Communauté de l’Emmanuel participe au rayonnement de la France

Succédant aux Fraternités Monastiques de Jérusalem, qui assuraient cette mission depuis 2006, la Communauté de l’Emmanuel reçoit la charge de la Trinité des Monts à Rome.
Philippe Zeller, nouvel ambassadeur de France près le Saint-Siège, vient de signer l’acte officiel de cette mission, qui a pour objectif d’assurer l’accueil des pèlerins francophones et de contribuer au rayonnement culturel de la France à Rome.

La Trinité des Monts à Rome, confiée à la Communauté de l’Emmanuel

Lucetta Scaraffia : le féminisme et l’Église

« Ainsi, et c’est tout le sel de l’affaire, on se retrouve dans cette situation paradoxale où la société donne des leçons de féminisme à l’Église alors que le féminisme s’est développé dans le terreau du christianisme. »

« L’Église, affirme-t-elle, n’a pas suffisamment creusé la question de savoir en quoi consistait « la différence féminine ». Et de dénoncer l’« engourdissement de la réflexion de l’Église sur des problèmes de stricte actualité : conséquences de la séparation entre reproduction et sexualité, ou discussion sur l’identité sexuelle ». Pourquoi ? À cause d’une sorte de « blocage » vis-à-vis des femmes, dont l’institution exalte le « génie » mais qu’elle tient éloignées des grands débats ecclésiaux. »

À lire dans La Vie

Colloque universitaire Saint Martin

Dans le cadre de l’année martinienne 2016 (1700ème anniversaire de la naissance de saint Martin), aura lieu un important colloque du 12 au 15 octobre 2016, au Conseil départemental d’Indre et Loire à Tours.
La figure de saint Martin, évangélisateur des Gaules, est propre à renouveler l’ardeur de la nouvelle évangélisation de notre pays et à relancer la construction européenne sur ses fondements chrétiens.

Colloque international – La figure martinienne, essor et renaissances de l’Antiquité tardive à nos jours