La foi n’est pas un anesthésiant, mais une vraie consolation

Benoît et Marie-Axelle Clermont, parents de Gaspard, étaient les invités de Christophe Hondelatte sur Europe 1, après la publication de leur livre, Gaspard, entre terre et ciel.Lire la suite

Le défi de Mgr Barbarin pour le Carême

Mgr Barbarin relève lui-même un défi : faire une série de vidéos sur l’Ancien Testament. Il en propose un autre : lire un livre de l’Ancien Testament pendant le Carême. A vrai dire, le Carême n’est pas forcément avant tout un temps de privation, mais peut-être surtout un temps de rapprochement avec Dieu. So…

Vous êtes plutôt forêt ou décharge ?

1.350 hectares dans le Val d’Oise, longtemps utilisés par la Ville de Paris pour y déverser ses eaux usées. Elle a un nouveau projet : toujours aux bons soins pour sa banlieue, elle envisage d’en faire une décharge.Lire la suite

Un catholicisme intégral, plutôt que radical

Le glissement vers la droite radicale, l’identitarisme, et le repli sur un passé supposé glorieux semblait l’emporter, comme le documente Jérôme Fourquet dans son ouvrage, « à la droite de Dieu » (Cerf). Mais cette rentrée offre une vigoureuse et salutaire réponse. Et comme le souligne Isabelle de Gaulmyn dans son billet, Et s’il y avait un miracle du pape François sur le catholicisme français ?, il émane d’auteurs classés à droite (au minimum par leur parcours). Lire la suite

Le récit d’un converti

Le récit de Julien Leclercq – que certains connaissent comme l’animateur de la revue en ligne Le Nouveau Cénacle – est enfin dans les librairies. C’est le récit d’une conversion de fond, et ça réchauffe (*rapport à la neige*). Pas une de ces conversions mystiques et enflammées, au risque de se consumer ou du retour de flammes. Pas de ces conversions un brin bavardes ou sentencieuses.

Si vous connaissez Thierry Bizot (l’auteur de Catholique anonyme, porté à l’écran dans Qui a envie d’être aimé ?), qui préface l’ouvrage, vous reconnaitrez peut-être un chemin comparable, pour n’être, évidemment, pas identique. Lire la suite

Nos retraités ont un incroyable talent


C’est La Croix qui attire notre attention vers cette excellente initiative d’entrepreneuriat solidaire intergénérationnel (tous les mots-clés, quoi…) : les Talents d’Alphonse, qui permettent de mettre en relation des jeunes retraités et… les gens du quartier, pour un transfert de connaissance, une garde intelligente etc.

Depuis début décembre, Anna, 70 ans, est « l’Alphonsine » de Nathan. Elle est membre depuis bientôt un an de la plate-forme collaborative Les Talents d’Alphonse, lancée en janvier 2016. Sur ce site Internet, des retraités proposent de partager leur savoir-faire à des adultes ou des enfants désireux d’apprendre la couture, le tricot, la photographie, l’anglais… « L’objectif est de créer un point de contact entre les générations autour d’un savoir-faire, qui pourra ensuite se transformer en lien intergénérationnel », résume Barthélémy Gas, cofondateur des Talents d’Alphonse.

Je veux quitter l’Église

Un jeune homme va trouver un prêtre et lui dit :

– MON PERE, JE N’IRAI PLUS A L’EGLISE !

Le prêtre lui demande :

– Ah ? Tu peux me dire pourquoi ?

Le jeune homme répond :

– Oh, mon Dieu. Ici, je vois une sœur qui parle mal d’une autre sœur ; et là un frère qui ne lit pas bien ; la chorale est divisée et chante faux ; les gens pendant les messes regardent leur téléphone, sans parler de leur comportement égoïste et hautain en dehors de l’église…

Lire la suite

Pour la justice, et pour la dignité.

A courte vue, ce ne serait pas tant que cela notre rôle que d’évoquer ceci. Et pourtant, le rappel de la présomption d’innocence, des impératifs d’une justice sereine, d’une sobriété dans la communication, du respect de la dignité de chacun – depuis la victime jusqu’à l’accusé – est-ce vraiment étranger à nos attentes ? Merci Madame la Procureure.


Je donne au denier

Un petit rappel, même en dehors des périodes de campagne institutionnelle, n’est jamais de trop. Et l’on connaît trop de prêtres en situation difficile, parfois isolés et en charge de plusieurs dizaines de clochers, pour ne pas avoir à cœur de les aider un peu.Lire la suite

Bientôt la retraite (dans la ville)

Les Dominicains sont sympas. Ils nous écrivent. Plus que quinze jours pour finir tout le Nutella. Ça va pas être du gâteau. Du coup, nous leur avons piqué leur mail. Mais les Dominicains sont sympas, ils nous en voudront pas. AMDG, comme dirait ma tante.Lire la suite

Quand une contributrice du Samaritain fait ce qu’elle peut…

… pour en appeler à l’amour du prochain et aux danses lascives mais pas trop.

Ce tweet n’étant que le premier, il est hautement recommandé de cliquer là pour voir les autres.

(Marie-Hélène, si tu lis ceci – et je l’espère bien – que la paix soit avec toi)

Nous savons pourquoi vous êtes malheureux

C’est parce que l’on confond tout. Dopamine et sérotonine. Et à cause de la concurrence dans ta tête entre la tyrosine, la phénylalanine et le tryptophane. Bref, l’article est intéressant mais dépasse mes compétences en neurobiologie pour que je puisse en apprécier le bien-fondé. En revanche, parce que m’agace au plus haut point la tendance à réduire notre vie et ses interactions en hormones, acides aminés, gènes et fluides, le propos en chapeau m’irritait jusqu’à ce que l’article l’éclaire : la question est bien dans le choix de nos activités. Vous ne devriez pas être là. Fermez les réseaux sociaux. Depuis le temps qu’on vous le dit, et ma femme, aussi. Lire la suite

Cette bien mystérieuse résurrection des corps

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler de la résurrection des corps. Vous savez, cet article du Credo qu’on dit du bout des lèvres.

Qui c’est qu’a cafté ?

Trois minutes pour avoir les idées un peu plus claires.

Quatre hommes, dans la nuit, ont sauvé une inconnue

Il y a une part mystérieuse, pour ceux qui ne grimpent pas, dans la quête des sommets les plus périlleux. Mais il y a aussi cela : la solidarité la plus extrême. Les cas d’indifférence à l’autre inondent nos réseaux. Voilà l’histoire de quatre polonais, partis secourir une inconnue pour eux, Elisabeth Revol, dans le froid, par -45°C, sur un mur de glace. C’est aussi cela, l’humanité.Lire la suite

2018, année catholique ?

La Vie sort un numéro que la gueule de Beigbeder en Une vient parachever. Si vous êtes férus de rentrées littéraires, vous y trouverez tout un dossier sur une production de début d’année remarquable, où l’on croise bien des auteurs amis, de François Huguenin à Denis Moreau, en passant par Patrice de Plunkett et Julien Leclercq.

Lire la suite

Heureux temps où le sens serait un atout

Il paraît loin, le temps des conseils prosaïques d’orientation. « Passe ton bac d’abord », « trouve la filière qui rapporte », « subviens d’abord à tes besoins », « ne perds pas une année, les autres ne t’attendront pas ». Sans qu’ils soient tous farfelus, vous les regretterez peut-être plus tard, bien chers jeunes (comme qui dirait s’il était un pape polonais, ce qui témoigne du fait que l’auteur de cette brève ne l’est plus, jeune). Profitez de ce que ce temps offre probablement de meilleur et, parmi tout cela, le fait qu’une expérience humanitaire soit appréciée dans un cursus. Engagez-vous, qu’ils vous disent !

Lire l’article du Monde

« On ne soigne pas des mourants, mais des vivants »

Il peut nous arriver d’être chafouin lors de la publication d’un article. Ne niez pas, ça arrive.

Raison de plus pour signaler ce reportage exemplaire de France Info sur une unité de soins palliatifs.

Afin de les recevoir dans un cadre moins austère qu’une salle d’attente d’hôpital, deux salons ont été aménagés. Les enfants peuvent y dessiner, on peut prendre un café ou bouquiner sur des canapés moelleux. « Le temps passé à l’écoute des malades et des familles fait partie des soins, affirme Margot, infirmière. Le moindre détail compte dans cette prise en charge. » Cela va du reconditionnement des traditionnels plateaux-repas, dans de la vaisselle colorée pour égayer le quotidien, à la baignoire de balnéothérapie, qui permet d’améliorer sensiblement la toilette.

Mariage papal aérien : quelques mots pour les Docteurs de la Loi

Vindiou, il ne se contente plus de faire des conférences de presse dans les avions, il y marie des couples ! Le pape a, en effet, marié un couple dans l’avion qui le menait au Chili, profitant de l’occasion pour leur dire que le monde avait besoin du mariage, et leur demander de porter ce message. Quelle surprise de constater que, plutôt que de crier « vive les mariés ! », il pouvait se trouver des catholiques pour se demander plutôt si le mariage était bien valide, voire si le pape n’aurait pas dû demander l’autorisation du curé.Lire la suite

Sauvé !


Le message de la vidéo ? « If you take the time to care, you might save a life » (j’ai bien tenté de traduire et puis finalement non).

Dolores, they say that you’ve passed away


Ave Maria. Ce n’est vraisemblablement pas la chanson, l’interprétation, la plus connue de cette voix singulière qu’était Dolores O’Riordan. Et on l’appréciait sans la connaître, ou même sans savoir qu’elle avait chanté pour le pape au Vatican. Pour son timbre de voix, pour ces sonorités qui sentaient la lande et sa croix celte. Pour ses formats décalés. Ses balades qui soudainement éclatent.Lire la suite

François Huguenin veut des chrétiens radicalisés

C’est, entre autres bonnes choses, ce qu’il explique peu ou prou dans l’entretien qu’il livre à Atlantico. Entretien dense, abordant plusieurs sujets d’importance, que l’on aura à cœur de lire parce qu’on se nourrit soi-même. Une sélection ? Bien sûr, la voici, mais pas avant d’avoir cité cette phrase, qui fait écho aux propos de Mgr Michel Aupetit, précédemment rappelés par votre site préféré : « ce qui fait la spécificité du chrétien sur les questions politiques est au fond l’accueil du plus faible. »

En provoquant un peu, je dirais que je ne serai jamais contre, dans un certain sens, une radicalisation des chrétiens. Dans le sens où être radical est interprété au sens étymologique comme « retourner à la racine » et non pas « sombrer dans l’extrémisme » ce qui malheureusement tente certains catholiques.

Lire la suite

Mgr Michel Aupetit : « c’est l’Evangile qui dérange ! »

Mgr Michel Aupetit a livré un entretien très complet à La Croix (« il n’y a pas d’un côté la bioéthique, et de l’autre les migrants« ) appelant les chrétiens à se laisser déranger par l’autre, par la fragilité. Il y explique notamment ceci à propos des prochains rendez-vous législatifs, qui vaut à tous égards : « Il lui faut redire ce qui est en jeu : la construction de notre société. Or celle-ci s’est fondée sur l’acceptation de la fragilité. Ce qui nous fait humains, c’est la capacité d’accompagner les plus faibles et de leur laisser une place aussi digne que les plus forts. « Lire la suite