« La peur des migrants n’est pas une peur chrétienne »

IMG_0009Comme le relate Paris Notre-Dame, l’accueil des migrants était à l’ordre du jour, vendredi 29 septembre, du conseil élargi de l’archevêque. Cette question intervient dans un contexte tendu : devant l’exhortation incessante du pape à accueillir ceux qui fuient leur pays, certains émettent de franches réserves. Mgr Denis Jachiet, évêque auxiliaire de Paris, y revient.

Face aux migrants, la plupart des gens ressentent un danger. Ils les assimilent, je crois, à des peurs ancestrales liées à la question des invasions et à la peur de l’islam. Mais cette peur n’est pas chrétienne. Une peur chrétienne serait une peur de pécher, de ne pas vivre l’Évangile. La peur païenne, c’est la peur d’être envahi. Et celle-ci nous conduit à ne plus penser l’Évangile comme un trésor à annoncer mais comme une espèce de capital en train de se perdre pour des raisons géopolitiques. C’est triste. C’est prendre l’Évangile à l’envers.

L’intégralité de l’interview à retrouver ICI

« Vis, aime, rêve et crois ! »

img_0800Ne capitule pas devant la nuit : souviens-toi que le premier ennemi à soumettre n’est pas en dehors de toi : il est à l’intérieur. C’est pourquoi, ne laisse pas de place aux pensées amères, obscures. Ce monde est le premier miracle que Dieu ait fait, et Dieu a mis entre nos mains la grâce de nouveaux prodiges. Foi et espérance vont de pair.

Ce n’est qu’une citation parmi d’autres de cette incroyable catéchèse du Pape Francois pour les jeunes ! Dans un océan de doutes, d’incertitudes, d’amertume parfois, cette contribution arrive comme une « torpille » heureuse, à découvrir et partager, auprès des jeunes et des moins jeunes !

Et on peut la retrouver en cliquant sur le lien suivant : https://fr.zenit.org/articles/vis-aime-reve-et-crois-lecon-de-vie-a-un-jeune/

Les jeunes souhaitent trouver dans l’Eglise une famille

jeunes5Les jeunes souhaitent trouver dans l’Eglise « une maison, une famille et une communauté » et l’Eglise entend « se laisser stimuler par eux » en vue d’un renouveau missionnaire. C’est ce qui ressort du compte-rendu du Secrétariat général du synode des évêques, au terme du séminaire international sur la situation des jeunes dans le monde, qui a eu lieu du 11 au 15 septembre 2017, à Rome.

Un beau projet ambitieux pour notre Eglise, avec jeunes et moins jeunes …

Un compte-rendu de ces échanges à retrouver sur zenit.org ICI

Un parvis pour les Bénédictines du Pesquié

DCIM100MEDIADJI_0069.JPGUn site incroyable, des religieuses volontaires et souriantes, une vidéo avec certaines scènes proches de celles avec Sœur Clotilde dans Les gendarmes de Saint-Tropez … : découvrez et partagez l’appel des sœurs de l’Abbaye du Pesquié en Ariège ! Vite, dédicace de la basilique prévue le 22 octobre !

Toute les infos sur ce projet et l’occasion de découvrir cette belle communauté, qui avait déjà fait forte impression dans l’émission « Dans les yeux d’Olivier »,  c’est par ICI.

80 ans d’oecuménisme au Groupe des Dombes

Le Groupe des Dombes, groupe œcuménique qui réunit chaque année 40 théologiens et pasteurs francophones, catholiques et protestants, pour étudier des questions controversées entre leurs Eglises, fête en 2017 ses 80 ans.

La réunion de l’été 2017 a souligné ce jubilé par deux événements particuliers: une rencontre avec le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon et ordinaire du lieu, et la pasteure Emmanuelle Seyboldt, nouvelle présidente du Conseil national de l’Eglise protestante unie de France (EPUdF).

Les deux responsables d’Eglises sont venus dire au Groupe des Dombes toute l’importance qu’ils attachent au travail d’une telle instance. Importante non seulement par les documents qu’elle produit à intervalles réguliers, mais aussi, comme l’a souligné le cardinal Barbarin, par “le témoignage de votre fidélité à votre mission, sur la durée, dans un esprit fraternel”. La pasteure Emmanuelle Seyboldt a, à son tour, relevé “la qualité de la conversation que vous tissez, telle une tapisserie sur laquelle les Eglises, grâce à vous, pourront ensuite broder leur tâche d’unité”.

La suite à lire ICI

De l’énergie pour la reprise …

rvlfvv-HCLa reprise de l’année, qu’on ait eu la chance de partir pour les vacances ou non, est toujours un défi … Alors un peu d’énergie avec cette formidable capitaine, c’est par ICI !

Go, go, go … et, en attendant, très bon week-end !

Inaugurer une nouvelle église : une bonne nouvelle !

saint-jacques-la-premiere-eglise-du-siecle-dans-le-diocese-de-rennesPour la première fois depuis 1970 et donc dans ce siècle, une nouvelle église va être inaugurée dans le Diocèse de Rennes. Comme le relate Ouest France, les travaux ont démarré en novembre 2015. L’édifice est d’une remarquable pureté, ses traits sont soignés. Composée de deux salles paroissiales et d’un presbytère, il présente la particularité d’avoir son lieu de culte à l’étage.

Une bonne nouvelle, aboutissement de la volonté d’une communauté vivante qui souhaitait avoir un lieu de culte à proximité.

« Il y a une communauté catholique et une demande à Saint-Jacques », assure Jean-Pierre Pranlas-Descours à l’occasion en faisant découvrir la nouvelle église. « Le quartier est cosmopolite, je suis frappé par la joie des croyants issus du monde entier. Le lieu était attendu », complète le Père Joseph Lecoq, curé de la paroisse Saint-Jacques.

C’est un événement pour le Diocèse de Rennes, certes, mais qui est aussi remarquable à l’échelle de l’Eglise de France. Si notre pays compte environ 42.000 lieux de culte catholiques (les estimations divergent), moins de 2.000 appartiennent à l’Eglise (ie construite après la loi de 1905) et seule une poignée s’est construite depuis 2000. Donc, oui, une bonne nouvelle !

Le Pape, les migrants : un message inédit

AFP2435621_LancioGrandeComment mieux accueillir, protéger, promouvoir et intégrer les migrants et les réfugiés? C’est la question à laquelle répond le Pape François, dans un message publié ce lundi 21 aout, à l’occasion de la Journée mondiale du migrant et du réfugié, le 14 janvier prochain, comme le relate la presse vaticane.

Accueillir, protéger, promouvoir et intégrer : quatre verbes «fondés sur les principes de la doctrine de l’Eglise», rappelle le Saint-Père, en soulignant sa «préoccupation spéciale concernant la triste situation de nombreux migrants et réfugiés» durant son pontificat.

Parmi d’autres trésors à découvrir, certaines de ses positions semblent assez inédites, notamment la suivante, relevée par de nombreux médias :

Le principe de la centralité de la personne humaine, fermement affirmé par mon bien-aimé prédécesseur Benoît XVI (Cf. Lettre encyclique Caritas in veritate, 47), nous oblige à toujours faire passer la sécurité personnelle avant la sécurité nationale.

Les débats ne manqueront pas et ce texte, comme ses prédécesseurs, a le grand mérite de nous mettre en chemin et de débattre sur un sujet compliqué. Avant toute polémique inutile, il faut donc lire ce texte, en débattre avec d’autres et se faire sa propre opinion ; on le retrouve in extenso en cliquant ICI.

A quoi sert de regarder les étoiles ?

ob_41e2bb_eglise-bon-pasteur-ciel-etoiles-nz« Pourquoi se soucier des Lunes de Jupiter quand il y a des gens qui meurent de faim sur Terre ? » : c’est une des questions que pose le Frère jésuite, Guy Consolmagno, astronome à l’Observatoire du Vatican, dans une interview qu’il a donnée à Aleteia.

Le frère Consolmagno voit dans la taille vertigineuse de l’Univers, l’expression de l’immensité du pouvoir créateur de Dieu. Et malgré cette immensité, l’humanité, si petite est précieuse aux yeux de Dieu ! « C’est une vieille histoire, il suffit de relire le psaume 8« , dit-il en se référant aux versets : « Quand je considère tes merveilles, le travail de tes doigts, la lune et les étoiles, que tu as placées au firmament, qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui ? »

Alors si d’aventure on avait des doutes, on peut se ruer sur le site l’Association française d’astronomie pour profiter seul ou accompagné de la 27e Nuit des Etoiles ! En particulier, on peut cliquer ICI.

Bob Marley doit-il tout à une religieuse ?

imagesC’est ce que l’on pourrait penser à la lecture d’un article tout récent du Pélerin retraçant la vie de Soeur Ignatius, dévouée à la jeunesse déshéritée de Jamaïque et trouvant dans l’éducation musicale un moyen d’élévation et un terrain de liberté pour les jeunes dont elle avait la charge, avec des effets qu’elle n’avait pas imaginés à l’origine :

Quelques élèves formés par sœur Ignatius découvrent le nyahbinghi et décident de le rehausser par le savoir-faire musical qu’ils ont acquis à l’Alpha Boys’ School. Ce rapprochement de style accouche du ska : mesure saccadée, fusion entre le rythm and blues d’influence américaine et le nyahbinghi, il est considéré comme la première musique purement jamaïcaine. […] À la fin des années 1960, répondant au goût du public, le ska ralentit son rythme endiablé et devient le reggae, musique engagée portée principalement par des chanteurs rastas.

De la générosité au service de l’autre, au nom du Christ, qui a marqué l’histoire de la musique ! C’est à découvrir ICI.

Les croyants sur le front de la paix

Europeancitizensprize1Le souvenir de la mort brutale du Père Jacques Hamel il y a un an nous renvoie à l’engagement de tous les chrétiens et au-delà de croyants au service de la paix dans le monde. Entre autres et par trois fois les derniers mois, leur engagement a été publiquement reconnu.

Il en est ainsi du Père Tvrtko Barun (photo), jésuite, qui a reçu mi-juillet du Parlement européen le Prix du citoyen européen, pour son engagement en faveur des réfugiés. Responsable du Service jésuite des réfugiés pour la région Europe du Sud-Est et réfléchissant sur le caractère humanitaire de la congrégation jésuite, il dit (source : JRS) :

Notre œuvre est basée sur les valeurs de l’Evangile. Je crois qu’être  ouvert aux autres et aux différents est un défi pour tout le monde, indépendamment de sa foi. Les mots du Christ nous aident certes à rendre plus facile le choix de cette ouverture.

Il est encore ainsi du rôle prépondérant des religions en faveur de la paix, reconnu par l’ONU dans le cadre du Plan d’action de Fès publié au même moment. Comme le rapporte Radio Vatican, il a été salué par Mgr Auza, observateur permanent du Saint-Siège à l’ONU.

Il en fut encore ainsi au printemps, quand le Quai d’Orsay, en établissant un protocole officiel de coopération avec la Communauté de Sant’Egidio, reconnaissait le rôle majeur de ces chrétiens dans la construction de la paix en CentrAfrique et dans la prise en charge des réfugiés du Proche et du Moyen-Orient.

Rendons grâce pour cela et essayons d’y contribuer là où nous sommes et à notre niveau.

Emmanuel Macron au Père Jacques Hamel

16008438-21008439Le Président de la République Emmanuel Macron a participé ce jour aux commémorations de l’assassinat du Père Jacques Hamel, il y a un an. On peut prendre le recul de rigueur face aux paroles d’un homme politique, dont on ne peut douter de l’intelligence de situation. Pour autant, ses paroles sont suffisamment rares pour qu’on les lise :

Car elle est là, elle est là aussi la force de notre nation, dans cette capacité à entendre et faire siennes les paroles de fraternité et de charité que l’Eglise de France prononça voici un an ; dans cette capacité à réunir autour du corps supplicié d’un prêtre l’imam, le pasteur et le rabbin.

A découvrir in extenso ICI

A lire aussi l’homélie de Mgr Lebrun (par LA) :

Le Père Hamel parle encore. Sa vie, sa mort parlent bien au-delà de ce qu’il aurait pu imaginer. Sa vie, sa mort, parlent, inspirent mais aussi crient. Sa vie, sa mort s’adressent à chacun d’entre nous selon sa propre vie, selon ses propres questions ou ses convictions.

 

 

 

« Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu pour avoir un curé noir ? »

12503354_xlNon, ce n’est pas le titre d’un film mais d’un documentaire diffusé tout récemment sur France 3 et aussi la citation d’une lettre de protestation adressée à l’Archevéché de Strasbourg après la nomination d’un prêtre togolais dans la campagne alsacienne … On peut craindre au début un traitement journalistique caricatural (les cathos, les Alsaciens, …) ou un hors-sujet (pourquoi les campagnes alsaciennes votent Front National ? …). Et pourtant, ce portrait croisé de deux cousins togolais, l’un prêtre, l’autre pasteur, nommés dans la ruralité alsacienne, nous disent beaucoup de leur engagement, de ce qu’accueillir l’étranger veut dire et ce que cela veut dire pour lui, et plus concrètement des efforts que nous faisons plus ou moins dans nos propres paroisses, que notre prêtre soit noir, nouveau ou non … Un beau travail de journalisme aussi, au passage, ouvert, à l’écoute et qui donne pour une fois un beau visage de nos églises !

A découvrir et partager … vite car le replay devrait être fermé dans cinq jours !

 

 

Dimanche et les jours d’après …

indexForce est de constater que les échéances électorales, et en particulier l’entre deux tours de la Présidentielle, auront suscité une belle diversité de réactions et prises de positions dans l’Église catholique. On peut s’inquiéter de la gravité du moment, on peut tout de même se réjouir de cette pluralité d’engagements dans nos rangs, tout en regrettant parfois l’acidité des échanges entre frères et soeurs en Christ, en particulier sur les réseaux sociaux …

La Vie nous propose une recension de ces contributions, utile pour nourrir son discernement avant d’aller voter.

Mais sans doute notre énergie et notre espérance doivent se placer dans l’après : les législatives et, au-delà encore, notre présence citoyenne sur les grands enjeux de société qui ont du prix à nos yeux, par nos engagements associatifs, médiatiques, etc.

C’est le sens de la tribune de Dominique Quinio, Présidente des Semaines Sociales de France :

Combien auront la volonté de suivre la réalisation des programmes et de s’engager, eux-mêmes, dans l’arène politique ou dans les associations pour faire avancer leurs convictions ?
Les grands rendez-vous électoraux rétrécissent notre champ de vision politique, laissant penser que notre devoir citoyen s’arrête après le vote, aussi crucial soit-il.

Les jours d’après …

index

Combien sont convaincus que tout n’est pas à attendre d’ « en haut », de ces élites conspuées, parfois coupables certes, mais qu’il est parfois facile d’accuser de tous les maux ? Combien auront la volonté de suivre la réalisation des programmes et de s’engager, eux-mêmes, dans l’arène politique ou dans les associations pour faire avancer leurs convictions ?

Une dernière contribution de Dominique Quinio, Présidente des Semaines Sociales de France, avant de participer à une élection majeure pour notre pays, à découvrir ICI

En complément, on peut aussi relire les contributions de la même Dominique Quinio et du Père Bertrand Auville, Délégué aux relations avec le monde politique pour le Diocèse de Nanterre, sur le thème « Elections 2017 : un vote pour quelle société ? » et c’est à retrouver PAR LA.

Marine Le Pen, Richelieu : même combat ?

richelieuUtile et fort à propos mise au point du Pasteur James Woody après la sortie de Marine Le Pen sur Richelieu et nos frères protestants :

“Il n’a pas été très amical avec les protestants”. En utilisant un euphémisme (Lors du siège de La Rochelle entre 1627 et 1628 seuls un peu plus de 5.000 personnes auront la vie sauve, sur les 27.000 habitants que comptait la ville), le journaliste pousse Marine Le Pen à en dire plus sur le rapport de Richelieu à la communauté protestante et sur ce qu’elle admire chez cet homme d’Etat : “c’est peut-être les protestants qui avaient des exigences à l’époque, qui allaient à l’encontre de la Nation.”

L’ensemble de l’article est à lire ICI.

Le monde autrement, contre les peurs

JOC93_2009À la veille du grand rendez-vous démocratique qu’est l’élection présidentielle, dans un contexte de discrédit grandissant de la parole publique et de sentiment d’impuissance face à l’état du monde, des mouvements d’Église lancent un appel, qui fait écho à celui lancé par le pape François aux jeunes lors des Journées mondiales de la jeunesse à Cracovie en juillet 2016 : « Voulez-vous changer le monde ? »

Une tribune utile à lire et partager, signée par de nombreux mouvements dont le CCFD, la DCC, les Semaines Sociales de Frances, le MCC, les EDC, l’Ordre de Malte, Pax Christi, les Scouts et Guides de France, le Secours catholique.

Et c’est à découvrir en cliquant ICI

Voter en conscience …

Logo_CVX_elections_2017-300x300La Communauté de Vie Chrétienne (CVX) propose une démarche en cinq étapes pour choisir son bulletin « en pleine conscience » aux scrutins de l’élection présidentielle, les 23 avril et 7 mai 2017. Pas de consigne de vote mais des textes, des questions et des événements pour nourrir sa réflexion.

« Comment vais-je voter en 2017 ? Comme d’habitude ? Selon mes préoccupations personnelles ? Selon mes impressions sur les candidats ? Selon l’avis de mon entourage ? »

CVX propose à ses 6.000 compagnons une façon de se préparer aux votes à venir. Il s’agit pour les membres de la communauté de spiritualité ignatienne de mener un véritable travail de discernement, car ce choix engage.

La suite est à découvrir ICI.

« Sens commun » est-il vraiment le centre de la campagne électorale ?!

sens-commun-2-jpg-150x150« Non, Sens commun n’est pas une dangereuse officine d’extrême droite. Mais non, Sens commun n’a pas le monopole de la représentation catholique. […] Il n’y a pas une seule manière de voter catholique. Ce que l’on appelle un peu faussement la « doctrine sociale » de l’Église permet au contraire de comparer différents critères, de poser des jugements divers, et d’organiser un débat. »

Une réponse utile et intelligente d’Isabelle de Gaulmyn face à une campagne « d’information » néfaste ! … à lire ICI.

En complément, on peut aussi découvrir les contributions de Dominique Quinio, Présidente des Semaines Sociales de France, et du Père Bertrand Auville, Délégué aux relations avec le monde politique pour le Diocèse de Nanterre, sur « Elections 2017 : un vote pour quelle société ? » et c’est à lire PAR LA.

La confiance, ca se travaille !

« Dans une société de défiance, comment susciter la confiance ? » : voici le thème retenu pour les conférences de Carême à Notre-Dame de Pentecôte (La Defense).

6 rencontres à l’heure du déjeuner sur la famille, l’entreprise, l’espérance à susciter, ouvertes à toutes et tous, travaillant à La Défense ou non

A découvrir et partager en retrouvant le programme ICI.

Racisme : le pire n’est pas sûr 

La vague d’attentats qu’a subie la France pouvait laisser craindre une remontée du racisme dans l’opinion publique. Pourtant les données collectées par le journal Le Monde semblent indiquer le contraire, contre toute attente.

Comme si le choc des attentats avait provoqué, chez les Français, davantage de volonté de vivre ensemble que de tentation de repli sur soi ou de règlements de comptes antireligieux.

Les chrétiens, dans le sillage des multiples appels de nos Eveques, comme les hommes de bonne volonté peuvent s’en réjouir ! Mais le travail reste entier et  la bonne nouvelle fragile …

Ouf, tout ne va pas mal !

L’actualité est pour le moins morose entre révélations politiques, contexte international instable et défi de la pauvreté qui reste à relever. Pourtant comme Bernard Guetta le relève dans Challenges il est des raisons d’espérer, à voir notamment les sursauts citoyens en Roumanie et aux Etats-Unis et de nouvelles perspectives en Europe.

Nul besoin, en un mot d’anxiolytiques. Contre la dépression politique, l’Amérique et la Roumanie suffisent.

À lire et partager pour retrouver un peu de tonus !

Revenu universel : qu’en penser ?

fr_1509_24Alors que divers candidats aux prochaines élections se sont exprimés sur l’idée d’un revenu universel, Guillaume Alméras, spécialiste des questions d’emploi et d’insertion au Secours catholique, exprime des réserves :

« Il craint que la mesure se résume finalement « à faire un chèque dont le montant sera de toute façon insuffisant pour vivre dignement, et à laisser ensuite les personnes se débrouiller soutes seules », dédouanant ainsi les responsables politiques de toute action supplémentaire pour lutter contre la pauvreté ou pour faciliter l’accès à l’emploi. »

Un article de synthèse intéressant à retrouver sur le site du Secours Catholique.

Des cathos de gauche qui veulent une autre gauche

Offering a red roseCertains catholiques de droite pourraient se satisfaire sarcastiquement de ce qui va suivre et pourtant ils ont tort – sur le sarcasme ! – car, oui, il est essentiel que ceux qui croient dans le Christ soient et agissent partout dans l’échiquier politique et aussi à gauche.

Mais oui, il semble difficile en ce moment d’être chrétien voire catholique à gauche. Régis Passerieux, candidat des Poissons Roses, la frange personaliste au PS, devient candidat hors la primaire de « la belle alliance », après son éviction dans le cadre du process du parti, fort d’un constat amer :

Ainsi, un constat lucide doit être établi : le Parti Socialiste ne porte plus l’ambition de faire participer tous et chacun à une conception exigeante du bien commun.

Et dans la foulée, des catholiques engagés comme Samuel Grzybowski, Fondateur et ancien Président de Coexister, et Jerôme Vignon, nouvel ex-Président des Semaines Sociales de France, contribuent à une tribune dans les colonnes de La Vie intitulée « La gauche que nous aimons », disant entre autres :

La gauche vit dans la crise la fin d’un long cycle qui a pris naissance dans les espérances des Lumières et le mythe fondateur de la Révolution. Un cycle marqué par le ralliement de citoyens chrétiens, très investis dans l’action sociale, constituant ainsi un héritage original, parfois source de conflits. Sans doute est-ce le moment de cicatriser les vieilles blessures pour refonder l’avenir.

Il est en effet triste et amer de voir une sensibilité politique oublier ce que les « cathos » leur ont apporté et comment ils ont contibué à leur identité politique. La liste serait longue et l’auteur devrait avoir plus de temps pour vous le restituer …

Gardons dans nos prières et en amitiés ces frères et soeurs qui cherchent en fidélité avec leur foi – la nôtre ! – à ouvrir un chemin dans la partie gauche de la politique en France!

Et tiens, si vous souhaitiez trouver quelques repères pour analyser les programmes des candidats aux prochaines échéances électorales, vous pouvez vous nourrir des 12 propositions d’Esprit civique (pour rester dans un regard de gauche …) ; c’est par ici !

 

 

Eplucher les programmes de la prochaine Présidentielle

15442200_1497887760225477_7043659777134640687_nA l’approche des élections présidentielles, « La Politique une Bonne Nouvelle » vous propose les 11 et 12 mars prochain un weekend d’échange, de lecture et de réflexion sur les programmes électoraux.

Au programme :

– Tables rondes avec hommes et femmes de lettres, de foi, engagées en politique, dans la cité,
 Ateliers pour approfondir les enjeux et les programmes,
– Messe et temps de relecture,
– Jeux pour retrouver le sens du politique,
– Et bien d’autres surprises …

Les infos : contact@politiquebonnenouvelle.eu  ou https://www.facebook.com/events/156435471503370/

Qui sont vraiment les catholiques ?

afficheFullPage_jspz_mediumPèlerin en partenariat avec le journal La Croix et Ipsos publient les résultats d’une enquête sur le catholicisme français dans toutes ses réalités. Parfois réducteur quand il établit des typologies, il rétablit néanmoins quelques vérités bonnes à partager.

Les unes se multiplient sur les « lobbies cathos », le « pouvoir des cathos », le « réveil des cathos »… Selon de nombreux observateurs extérieurs, le profil de ces catholiques « en reconquête » est toujours le même : ils votent à droite, tiennent un drapeau « Manif pour tous » à la main et rêvent de durcir la législation sur l’avortement ou la fin de vie. Certes, ce profil existe, mais il ne représente que 7 % des « catholiques engagés » selon notre sondage.

C’est à retrouver ICI.

 

Solidarité, conscience, respect des lois : un intrus ?

5058592_6_15de_manifestation-le-23-novembre-en-soutien-a_a4ebbd33c0feeccdae2717c268739fdf« L’aide au séjour d’un étranger pour lui assurer des conditions dignes et décentes ou visant à préserver son intégrité physique n’est pas pénalement punissable. » Voilà la conclusion de la Présidente du Tribunal correctionnel de Nice dans le procès d’un enseignant-chercheur qui avait convoyé avec sa voiture des Érythréennes venues d’Italie, comme nous le rapporte Le Monde. Le Procureur avait requis six mois de prison avec sursis, pour – comme l’appelle le journal La Vie – « délit de solidarité ».

L’Église depuis ses origines a insisté sur la nécessité pour ses croyants de respecter les lois du pays où ils habitent (on se souvient de la lettre de Diognète au IIe siècle sur les chrétiens : « Ils obéissent aux lois établies et leur manière de vivre est plus parfaite que les lois. »). Et pourtant, comme un simple citoyen aidant des migrants le confiait dans La Croix : « Quand vous voyez des familles avec des bébés, des mineurs dans les rues, en situation d’hypervulnérabilité face aux réseaux en tous genres, vous faites quoi ? Vous passez votre chemin ? ». Un questionnement qui ne peut laisser indifférent des chrétiens …

La Cimade, fondée et encore largement animée par des chrétiens, a ainsi produit une déclaration intitulée « La répression de la solidarité doit cesser » :Lire la suite

Vote : un catho peut en cacher un autre (ou plusieurs) …

ffDans un excellent article dans la Revue Esprit, Yann Raison du Cleuziou s’interroge sur la part du vote catholique dans le succès de François Fillon aux primaires des Républicains. Il estime entre autres que n’y voir que la trace d’un catholicisme identitaire sur le retour est au moins une surévaluation et que le vote des catholiques est beaucoup plus dispersé que certains tendant à le faire croire, en donnant des éléments de compréhension sur le moyen terme.

Interpréter le vote en faveur de François Fillon comme un signe inquiétant de la montée en puissance d’un catholicisme identitaire et réactionnaire est donc très abusif. C’est se soumettre à une déclinaison du storytelling élaboré en 2012-2013 pour mettre en récit La Manif Pour Tous.

Et autre élément intéressant, il explique comment certains catholiques réussissent d’autant mieux qu’ils sont discrets sur leur ancrage confessionnel. Un pied de nez par les faits à certains identitaires ?

On peut retrouver l’auteur ainsi que d’autres contributeurs de qualité une soirée à Saint-Merry à Paris le 24 janvier sur le thème : « Elections 2017 : des chrétiens s’interrogent ». A suivre sur le site du Centre pastoral Saint-Merry

 

 

Réduire les inégalités, exigence écologique et sociale

annonce-colloque-inegalitesA l’initiative notamment de la Revue Projet, du Secours catholique, de la CFTC, d’Emmaüs, du CCFD et de la Fondation Abbé Pierre se tiendra du 16 au 18 février à Paris un passionant colloque sur un sujet central, quoique encore trop absent des débats en vue des prochaines échéances électorales.

Avec des intervenants de tout premier plan, comme Edgar Morin, Hubert Reeves, Véronique Fayet ou Nicolas Hulot, les participants pourront également débattre lors d’un « Grand oral des candidats à l’élection présidentielle » …

Des informations complémentaires par ici, l’inscription – gratuite mais obligatoire – c’est par là.

 

Réacs, socialos ou juste cathos ?

indexL’engouement subi par une partie de la presse de gauche pour les catholiques ne plaît pas à tout le monde, notamment quand il confine à mettre ceux qui suivent les pas du Christ dans des petites boites ou faire croire qu’il n’existe qu’un vote catholique.

Dominique Quinio dans les colonnes de la Tribune des Semaines Sociales de France s’étonne ainsi que l’on veuille expliquer le succès de François Fillon aux primaires par un « retour du vieux vote réac’ catholique en France ». Non, les catholiques ne sont pas nécessairement réactionnaires parce qu’ils se posent des questions sur le mariage pour tous et oui, le vote catholique est multiple. Et l’Eglise s’emploie à faire vivre le débat en son sein.

Des évêques et des communautés ont décidé de relever le défi [que l’Eglise catholique devienne le lieu privilégié de la confrontation des positions] dans de nombreux diocèses tout au long de la campagne.  […] Manière de prendre la politique au sérieux et de ne pas la réduire aux analyses à l’emporte-pièce. Manière de respecter la diversité des électeurs catholiques, sans renoncer à rechercher, dans notre société divisée,  le bien de tous.

Dans son sillage, René Poujol, de sensibilité plutôt à gauche, s’insurge contre l’enfermement des catholiques par les médias dans le débat sur le mariage pour tous.

Euréka ! Etre de gauche pour un catho, c’est ça : adhérer sans réserve au mariage pour tous. Et par conséquence nourrir son blues du sentiment que l’épiscopat, ouvertement ou par son silence, a pris fait et cause pour les anti mariages gay. Là encore : bonjour la subtilité !

Au-delà, il regrette amèrement qu’une sensibilité catholique soit progressivement exclue des partis de gauche, le PS notamment. On ne peut que le regretter avec lui mais voilà au moins deux illustrations du fait que les catholiques savent rester libres !

 

Les saucisses sont chaudes …

15267726_910617059069437_3346297681373909495_n

Pendant que d’aucuns s’écharpent sur un film qui parle de saucisses qui seraient chaudes, il est d’autres qui le sont moins – chaudes – par les temps qui courent : il s’agit des trop nombreuses personnes à la rue ! Et la Société de Saint-Vincent de Paul – parmi d’autres – s’en soucie et nous lance un nouveau défi : chiche d’offrir un café chaud à un SDF qui a froid, avec un sourire et quelques minutes de présence ?!

Un appel à l’action mais aussi à la conversion … Dans un monde où les sujets d’indignation ne manquent pas mais aussi dans lequel il faut choisir ses combats, l’association nous propose cette prière de saint Vincent de Paul :

Ô Dieu Sauveur, je T’en prie, donne-nous l’humilité,
Toi qui a toujours cherché la gloire de Ton Père aux dépens de Ta propre gloire,
aide-nous à renoncer une fois pour toutes à nous complaire en vain dans les succès.
Délivre-nous de l’orgueil caché et du désir que les autres nous estiment.
Nous te supplions, Seigneur miséricordieux, de nous donner l’esprit de pauvreté.
Et si nous devons avoir des biens fais que notre esprit n’en soit pas contaminé,
ni la justice blessée, ni nos cœurs embarrassés.

Allez, hop hop hop, on prépare les thermos et on trouve un peu de temps dans sa journée !

 

Merci aux chrétiens de gauche !

prUne fraction de la gauche parlementaire s’est exprimée de manière indigne après la lettre pour le moins digne que Mgr Ponthier a adressée à François Hollande en marge du débat sur le délit d’entrave numérique à l’IVG. Un coup de canif supplémentaire et inutile, en marge d’un combat politique dévoyé, mais qui à la longue et après d’autres épisodes peut laisser douter de la capacité de la gauche en France, dans son expression majoritaire, à comprendre que l’Eglise ne lui veut pas nécessairement du mal, ni même aux Français, mais souhaite juste contribuer au débat à la mesure de ce qu’elle voit et de ce qu’elle est.

Et pendant ce temps ou presque, les Poissons Roses, s’inscrivant dans le personnalisme d’Emmanuel Mounier mais aussi dans l’histoire de la gauche française, et souhaitant proposer à gauche une autre approche des sujets, publiaient « en tant que chrétiens » une tribune dans les colonnes de la Croix, en vue des prochaines élections présidentielles :

Nous appelons les chrétiens de France à ne pas succomber à un esprit de dureté et de revanche sociale, et à choisir la Fraternité.
Nous appelons la gauche à se mobiliser unie sans exiger des croyants qu’ils renoncent à leurs convictions.
Nous appelons le Parti Socialiste et toute la gauche à ne pas se refermer et à reconnaître les diverses spiritualités comme l’un des fers de lance de son combat pour la justice.
Et nous appelons la gauche à partager ce projet généreux avec la France.

Pour la santé de la démocratie en France et parce que les chrétiens ne peuvent être d’un seul parti, on ne peut que souhaiter que ces Poissons prennent la place à gauche que l’on prête à Sens Commun à droite ! Et en attendant, oui, bravo, merci et tous nos vœux de réussite à eux !

 

La Vie aux Captifs …

60105_sdf-sans-abri-mal-logementLe journal La Vie a décidé pour son opération de Noël 2016 de soutenir Aux Captifs la Libération dans le cadre de la réhabilitation d’un de leurs locaux à Paris.

Association chrétienne, cette association vient en aide aux personnes exclues vivant de la rue ou dans la rue : sans domicile fixe, en situation de prostitution ou de souffrance psychique, migrants, jeunes en errance, victimes de la drogue ou de l’alcool.

Un bel article à lire donc dans les colonnes de La Vie et pour aider c’est par ici !

(Crédits photo : Antoine Cau / SIPA)

Les conseils du Pape aux journalistes de Libération

15095465_1231254100282624_8595413284002572669_n1Enfin presque car il s’agit d’une déclaration du Pape François en septembre ! Mais au vu de la une toute récente de Libération, on repense en effet à certains propos récents du souverain pontife, à destination de l’ordre des journalistes italiens, évoqués dans les colonnes de La Croix, comme par exemple :

Le journaliste doit « respecter la dignité » de chacun, car derrière les faits, il y a des hommes et des émotions. La critique est légitime, comme la dénonciation, estime-t-il, mais elle doit toujours être respectueuse de l’autre.

Le journalisme, a soutenu le pape, ne peut pas devenir une « arme de destruction » et ne doit pas « nourrir les peurs face aux changements et phénomènes comme les migrations causées par la guerre et par la faim ».

Le pape a enfin souhaité que le journalisme soit un « instrument de construction », « un accélérateur des processus de réconciliation ». « Qu’il sache rejeter la tentation d’encourager l’affrontement, avec un langage qui attise le feu des divisions et favoriser plutôt la culture de la rencontre ».

Des propos que l’on retrouve également dans la toute récente contribution du Secrétariat de la Comece (l’Eglise en Europe) au Colloque des droits fondamentaux, organisé par la Commission Européenne, sur le thème « Pluralisme des médias et démocratie« . Entre autres, on y rappelle qu’ « il est essentiel de lutter contre l’incitation à la violence ou à la haine, y compris par référence à la religion » (plusieurs lectures …).

Il reste encore un peu de boulot …

Le bien commun est-il fashion ?

thEn fait, dit ainsi, on s’en fiche éperdument mais Pierre-André de Chalendar, PDG de Saint-Gobain, affirme néanmoins dans une interview sur RCF :

C’est une notion complexe et à la fois très à la mode, qui revient dans l’économie, dans la politique. Dans un monde en fragmentation, c’est une notion qui suscite un regain d’intérêt.

Et chose rare pour un patron du CAC 40, il a accepté de présider une nouvelle chaire, dédiée – précisément – au Bien commun dans le cadre de l’Institut Catholique de Paris. Elle se pose une question :

Une ancienne notion, dotée de significations diverses voire divergentes, et critiquée à l’époque moderne, a-t-elle les moyens de répondre aux enjeux du monde contemporain ?

Son lancement s’est fait à la faveur d’un colloque de deux jours en fin de semaine dernière et l’on peut penser que ses responsables aient quelques raisons pour répondre positivement à la précédente question !  Une initiative rare, une proposition très intéressante … c’est à retrouver par ici !

Les candidats doivent s’emparer à nouveau de l’éducation !

thCe week-end, près de 2.000 personnes étaient réunies à la faveur de la 91e session des Semaines Sociales de France, sur le thème « Ensemble, l’éducation ». De nombreuses interventions de grande qualité, comme le relate Ouest France, mais aussi un long travail de réflexion via une plate-forme en ligne a permis de faire émerger des propositions, rassemblées dans un « Livre ouvert pour l’éducation », qui sera adressé à l’ensemble des candidats aux prochaines élections.

Dans son introduction, Dominique Quinio, Présidente des SSF, évoque quelques raisons pour lesquelles ils devraient s’emparer à nouveau de ce sujet majeur qu’est l’éducation :Lire la suite