Le Fils du maître de la vigne (Questions pour l’Evangile du 27° dim TO A)

En ce 27° dimanche du temps ordinaire A, nous écoutons pour la 3° semaine consécutive un extrait de l’évangile où le cadre de l’histoire est la vigne (Matthieu 21, 33-43). Ici cette parabole renvoie à l’histoire de l’alliance que Dieu a conclue avec les hommes, d’abord le peuple d’Israël, puis l’humanité tout entière.
Voici les quelques questions pour l’Evangile de ce dimanche :
– Qu’est-ce que le propriétaire du domaine me confie comme responsabilité, comme travail dans sa vigne-création? dans l’Eglise? dans notre monde?
– Sur qui, sur quoi aurais-je tendance à vouloir mettre la main? Qui et qu’aimerais-je posséder, contrôler, maîtriser?

– Dans quel esprit est-ce que j’accomplis une mission qui peut m’être confiée? En fidélité, en faisant la volonté du propriétaire, comme le Fils par rapport au Père? ou en me rebellant et en faisant ma propre volonté, comme les vignerons? – Comment est-ce que j’accueille Jésus, « le Fils » que Dieu le Père a envoyé?
– Quel(s) fruit(s) est-ce que je porte, de peur que, sinon, le maître ne m’enlève le Royaume?
Pour les couples et les (grands-) parents :
– Si celui/celle que j’aime est la vigne que le Seigneur me confie, qu’est-ce que je fais pour prendre soin de lui/elle et lui permettre de donner de « bons raisins »? Si je suis la vigne que le Seigneur confie à la personne qui m’aime, qu’est-ce qu’il/elle fait pour prendre soin de moi et me permettre de donner de « bons raisins »?
– Quels « bons raisins » donnons-nous ensemble? Comment le sacrement de mariage dont nous sommes les « ministres » (c’est-à-dire que nous nous sommes donnés, l’un à l’autre, sacrement de vie et d’amour par lequel le Christ ressuscité agit pour et à travers nous) est comme un grand crû dont la saveur et le goût grandissent au fur et à mesure des années? Comment témoignons-nous de cette belle aventure du mariage que nous vivons, pour que d’autres découvrent à leur tour le bonheur d’être un bon vin vieilli dans les fûts de la grâce et non pas du vinaigre?
Pour ceux qui travaillent (professionnellement ou à la maison) :
– Quelle est l’ambiance quand mon/mes supérieur(s) est/sont absent(s)?
– A quel(s) abu(s) de pouvoir ai-je été confronté(e) (moi-même en abusant et/ou l’ayant subi?)?
Pour les ados :
– Qui ai-je déjà voulu ‘éliminer’?
– Qui m’a déjà fait confiance?
Pour les disciples-missionnaires :
– Dans une discussion avec une personne bloquée sur ses positions, quand m’est-il arrivé de reprendre une parabole de Jésus ou de raconter une petite histoire?
– A quelle(s) personne(s) est-ce que je pense plus fortement et pour qui je prie plus intensément pour qu’elle(s) fassent partie de ce peuple qui fait produire du fruit?