Les migrants, signes d’espérance ?

imageEn cette Journée mondiale du migrant et du réfugié (JMMR), ce titre pourrait sembler provocateur, tant les migrants portent, encore un peu plus, leur lot de détresses et de souffrances, et tant une partie de nos sociétés semble les considérer avant tout comme une menace. Pourtant, Michel Roy, alors interviewé par La Vie comme Secrétaire général de Caritas Internationalis, témoigne de la part prépondérante de l’espérance dans l’expérience des migrants qu’il accompagne :

Et puis il y a l’espérance ! Voilà ce qui caractérise le plus le migrant. Une valeur que beaucoup n’ont plus dans nos sociétés aseptisées, matérialistes, consuméristes, où tout coule de source… Le migrant peut nous aider à nous regarder autrement, à nous (re)découvrir humains, à vouloir vivre la solidarité, l’agir ensemble, à cheminer sur la route du développement personnel et social.

D’ailleurs, lors de la JMMR 2016, le Pape François accueillait ainsi les migrants sur la place Saint-Pierre :

« Votre présence sur cette place est signe d’espérance en Dieu », a-t-il déclaré dimanche après l’Angélus aux migrants auxquels son pontificat ne cesse de prêter une attention toute particulière. « Chacun de vous porte en soi une histoire, une culture, des valeurs précieuses », les a-t-il assurés : « Et souvent malheureusement aussi une expérience de misère, d’oppression et de peur. »

A l’invitation du Pape François, nous sommes appelés à « Accueillir, protéger, promouvoir et intégrer les déplacés internes » (lire ICI son message pour la JMMR 2020). Mais aussi sans doute à partager avec eux l’espérance qu’ils peuvent représenter pour nous et que nous pouvons leur apporter !