La liberté de la presse sauvée par Minecraft ?

Petit rappel sur Minecraft

Minecraft est un jeu vidéo extrêmement populaire depuis sa sortie il y a dix ans, en particulier chez les enfants et les adolescents. Il permet, seul ou à plusieurs, de se retrouver dans des mondes virtuels que l’on peut explorer et façonner à l’envie, révélant enfin ses talents de bâtisseur muselés par la trop petite taille de la boîte de Legos familiale. (Papa, si tu me lis, comment voulais-tu que je devienne architecte avec si peu de matériel sous la main ?)

Minecraft: appelez vos amis, le «cross-play» s'amène sur ...
Coucher de soleil sur l’un des mondes tout en cubes Minecraft

C’est un jeu de type « bac à sable », sans but clairement défini bien que de nombreuses possibilités soient offertes au joueur. Et si celui-ci se sent trop seul, il peut rejoindre des amis ou des inconnus sur des parties en lignes, où tous se partagent un monde pérenne (appelé par métonymie un « serveur ») parfois en coopérant pour le modeler à leur goût, parfois en lutte fratricide pour sa domination.

Le projet de Reporters Sans Frontières

L’ONG a créé son propre serveur, dans lequel elle a construit une immense bibliothèque où sont stockés des articles de journaux ou de blog qui ont été censurés dans leur pays d’origine. Tout joueur de Minecraft dans le monde n’a qu’à entrer l’adresse internet du serveur pour s’y rendre immédiatement.

La démarche est expliquée dans cette courte vidéo (en anglais)

Le but est d’exploiter une faille dans le bridage d’Internet mis en place ces pays, qui bloque certains sites web mais pas les jeux vidéo en ligne. Comme Minecraft permet d’écrire des petits livres et de les laisser sur des pupitres que les autres joueurs du serveur peuvent consulter quand ils le visitent, il a été choisi pour ce projet. Le fait d’avoir déjà des millions de joueurs, pour la plupart assez jeune, est bien sûr un très gros plus.

Le résultat

Étant moi-même un reporter de l’extrême, j’ai décidé pour Le Samaritain d’aller explorer cette grande bibliothèque partagée, en me connectant sur le serveur de RSF.

Vue extérieur de la libraire.
Dans le parc, une statue représente le logo de RSF, un poing brandi serrant un stylo-plume.

Premier constat, c’est absolument magnifique. Les univers dans Minecraft sont entièrement composés de cubes, et cela donne parfois aux constructions un aspect brouillon et déplaisant, mais ici un travail colossal a été fait par une équipe internationale pour rendre la bibliothèque non seulement fonctionnelle, mais très plaisante à visiter

Les couloirs de la bibliothèque sont richement décorés. Les drapeaux permettent de se diriger vers les articles du pays qui nous intéresse.

Les différentes ailes du bâtiment sont consacrées chacune aux auteurs d’un pays particulier. On trouve la Russie, le Vietnam, l’Arabie Saoudite, le Mexique… Tout est très beau, très lumineux, chaque aile a sa décoration propre.

L’aile russe. Dans les rayonnages, quelques articles en anglais. Au centre, un grand bassin où repose une sculpture d’une créature tentaculée très Lovecraftienne.

Malheureusement la bibliothèque semble pour l’instant être surtout une belle coquille vide. Je n’ai lu que peu de choses dans ses rayonnages, qui sont essentiellement décoratifs. RSF a annoncé à son lancement qu’elle contenait 200 articles, un nombre un peu timide pour un projet international et qui a dû demander beaucoup de temps. Par ailleurs, chaque fois que je m’y suis connecté, il y avait moins d’une dizaine de joueurs en ligne.

Toutefois il s’agit d’un plan à long terme qui n’en est peut-être encore qu’à ses balbutiements. Peut-être les écrits qui s’y trouvent vont-ils faire boule de neige en amenant leurs lecteurs à écrire à leur tour pour un public en constant élargissement. Souhaitons-le à ce très beau projet qui est réussi jusque dans sa présentation sur son site internet. Et si vous jouez déjà à Minecraft, je ne saurais vous conseiller assez d’aller y faire un tour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.