La Pentecôte, le déconfinement : l’espérance !

Noé-colombe2-720x560-1-e1590656694295C’est entre autres et en substance ce que le théologien Antoine Nouis nous propose dans l’une de ses toute récentes contributions :

Le lâcher d’oiseaux était une pratique courante chez les marins qui s’approchaient d’une côte. Selon la direction que prenait l’oiseau, ils savaient où se trouvait la terre ferme. Noé a lâché la colombe lorsqu’il a pensé que la terre était proche alors qu’il ne voyait encore rien. Dans l’épître aux Romains, le propre de l’espérance est qu’elle met en mouvement à partir de ce qu’on ne voit pas : « L’espérance qu’on voit n’est plus une espérance : ce qu’on voit, peut-on l’espérer encore ? » (Rm 8.24). La foi consiste à croire qu’il existe une réalité spirituelle au-delà de ce qu’on voit avec nos yeux. L’espérance nous conduit à devenir les témoins de cette réalité, par nos actes et nos paroles. L’Esprit de Pentecôte nous pousse à oser la foi, oser la parole, oser le témoignage.

Il y s’agit aussi de persévérance et de paix et c’est à lire ICI