Protestante, scoute et Prix Nobel

Un beau portrait d’Esther Duflo, prix Nobel d’économie, rencontrée il y a 10 ans par La Vie :

La jeune fille discrète et appliquée fréquente l’école biblique et devient cheftaine louveteaux. « J’ai beaucoup appris dans le scoutisme : mener un projet, travailler en équipe, évaluer son action… Des compétences qui m’ont été très utiles pour la suite. » 

Garder l’esprit ouvert, refuser l’injustice, ne pas accepter les choses telles qu’elles sont, vouloir rendre le monde meilleur : des valeurs partagées en famille. « La pauvreté me hante depuis longtemps. Pourquoi suis-je née dans un pays riche ? Quelle est ma responsabilité par rapport aux pays pauvres ? s’interroge Esther Duflo. Comme je ne pourrai jamais répondre à la première question, j’ai décidé de répondre à la seconde ! »

Comme Théodore Monod, qu’elle admire, Esther Duflo est convaincue que « la foi chrétienne n’est pas qu’un état d’âme, si élevé soit-il. C’est d’abord une volonté d’agir pour faire advenir le monde que Dieu veut. » Cette conviction lui permettra-t-elle de recevoir, comme beaucoup de ses prédécesseurs au MIT, le Nobel d’économie ? L’idée ne l’effleure pas. Une seule chose compte pour elle : continuer, comme lorsqu’elle était petite, à rendre le monde plus humain.