« Je suis là pour l’amour et pour la pardon »

Le capitaine de l’équipe de foot d’Amiens, Prince-Désir Gouano, a été la cible d’injures racistes hier soir, un supporter dijonnais imitant des cris de singe alors qu’il devait jouer un corner.

Il faut tâcher d’imaginer la violence ressentie lorsque, au bout du compte, on vous dénie votre humanité en raison de votre couleur de peau. A cette violence, Prince-Désir Gouano a opposé la responsabilité, la maîtrise de soi, et une belle force d’âme, en souhaitant laisser à l’auteur de ces cris une seconde chance. Il faut espérer que cela puisse en effet le toucher, mais il est bien possible que cela touche au minimum largement ceux qui en sont témoins.

Des deux protagonistes, on sait lequel aura le mieux rendu hommage à l’humanité.

Bien sûr, ce geste à lui seul nous a touchés. Apprendre qu’il était guidé par sa foi ne nous est, évidemment, pas indifférent. Il semble probable qu’il soit chrétien. Quoi qu’il en soit, au nom d’une même foi en l’amour et au pardon, s’il pouvait recevoir notre soutien fraternel, nous en serions heureux.

Allez-vous porter plainte, comme l’a fait le DFCO ?
Je suis pour l’amour ! Je ne porterai pas plainte, car je pense que cela aura beaucoup plus d’impact que je ne le fasse pas. Pour que cet individu transmette à ses enfants que ce type de comportement ne sert à rien. Bien sûr que ça m’a blessé, mais ma croyance et ma foi me portent à préconiser le pardon.