Regarde l’étoile

S’il n’est pas heureux que nous en soyons à créer toutes sortes de réserve, il l’est que certains se soucient de laisser un espace accessible, une réserve nationale de ciel étoilé. C’est dans les Cévennes et, pour que tout le monde soit content, le souci de la pollution lumineuse est bénéfique aussi à la protection de la biodiversité et aux ressources budgétaires. Le premier qui dit « tout est lié » a gagné.

« Elles les ont guidées sur la notion d’éclairer juste, c’est-à-dire d’éclairer où il faut, vers le sol, et pas forcément toute la nuit ni dans toutes les zones. Avec des températures de lumière moins dangereuses pour la biodiversité : des couleurs chaudes plutôt que blanches ou bleues. Ces travaux de rénovation ont permis à certaines municipalités de réaliser jusqu’à 85% d’économie sur leur facture énergétique. Ce qui est bon pour l’écologie l’est aussi pour le porte-monnaie. » (…) « Les éclairages publics dans les villes, villages et hameaux provoquent une véritable hécatombe sur les insectes nocturnes, avec des répercussions importantes sur les réseaux trophiques (chaînes alimentaires dans un écosystème) et même sur la pollinisation des plantes dont une partie des espèces dépendent de certains insectes nocturnes. Sans parler des oiseaux qui se retrouvent souvent complètement désorientés. » Lutter pour la préservation du ciel noir, c’est donc également lutter pour la préservation de la biodiversité.

Lire l’article de Laurent Grzybowski, pour La Vie.