Laissez-la vous présenter Nikos

Nikos. Aliagas. Le même Nikos. Certains savaient déjà qu’il avait commencé sa carrière à Radio Notre-Dame, mais ce n’est pas tout. Dans ce portrait délicat de Nikos Aliagas par Olivia Elkaïm pour La Vie affleure l’autre personnage, au-delà de l’homme à la peau tannée et au sourire sans défaut, celui qui sait rappeler que « spirituellement, Pâques est plus important (…) Car c’est la renaissance, la force d’un chemin plus fort que la mort. Pâques résume l’espérance chrétienne, le pardon, le recommencement et, bien sûr, le salut de l’âme. »

Olivia Elkaïm évoque, dans l’entremêlement d’une vie, son enfance, les années à l’internat orthodoxe de Chatenay-Malabry et surtout la disparition récente de son père.

Le même Nikos Aliagas n’a pas craint de lui confier « ces moments de grâce totale, comme face aux reliques de sainte Agathe, il y a une quinzaine d’années. Ainsi, il a veillé une nuit entière le petit crâne de cette Sicilienne, vierge et martyre, torturée à Catane, morte en 251. « Elle venait à moi après 20 siècles et elle irradiait », se souvient-il avec émotion. C’est à elle qu’il a confié sa fille au moment de son baptême. »

*

L’article est à lire ici. Et, si vous n’êtes pas abonné, c’est le moment de le regretter.

Nikos Aliagas expose, aussi, ses réalisations photographiques : L’Épreuve du temps – Instants photographiques, du 23 octobre 2018 au 6 janvier 2019, à la grande arche de la défense, à la Défense (92).

J’aurais pu c’était pas malin
Faire avec lui un bout d’chemin
Ça l’aurait p’t’-êt’ rendu heureux
Mon vieux.

Mais quand on a juste quinze ans
On n’a pas le cœur assez grand
Pour y loger tout’s ces chos’s-là
Tu vois.

Maintenant qu’il est loin d’ici
En pensant à tout ça, j’me dis
« J’aim’rais bien qu’il soit près de moi »
PAPA…

(les abonnés comprendront)