Stephen Hawking et Dieu

Brèves réponses aux grandes questionsDans La Vie, Thierry Magnin évoque le célèbre astrophysicien, cloué sur un fauteuil depuis des décennies, auteur du livre posthume Brèves réponses aux grandes questions. Stephen Hawking ne croyait pas en Dieu. Il ne l’a pas trouvé Dieu dans la science. Mais « c’est plus un dieu-explication que vise Hawking, un dieu de causes et d’effets, dont la transcendance n’apparaît pas. » Il cherchait Dieu dans le ‘comment’, domaine de la science et des lois de la physique, alors que le religieux vise le ‘pourquoi’. « L’origine de « ce qui est », comme le montre si bien la physique quantique, échappe justement au scientifique. »

Le lourd handicap de ce scientifique ne l’empêchait pas de goûter profondément à l’existence : « J’ai vécu des choses extraordinaires sur cette planète, et en même temps j’ai voyagé à travers l’Univers par la pensée, au moyen de mon cerveau et des lois de la physique. J’ai atteint les confins de la galaxie, plongé dans un trou noir et je suis revenu à l’origine du temps ».

Un dernier morceau à méditer : « Notre avenir sera une course entre la technologie et la sagesse. Assurons-nous que la sagesse gagnera ».