« Paris est une fête » – toujours contre l’obscurantisme

On se rappelle des attentats du 13 novembre 2015 et probablement pèsent-ils encore plus lourds dans nos coeurs et nos mémoires que nous l’imaginons. A l’époque, pour redonner saveur à une vie devenue soudainement plus lourde, le roman d’Ernest Hemingway, Paris est une fête, est devenu un symbole non pas tant de légèreté que d’un désir profond de vivre.

Trois ans plus tard, le livre n’a rien perdu de son actualité selon un article du Nouveau Magazine littéraire qui se souvient et met en perspective : « Les citations de l’écrivain américain inondaient l’internet. « Paris en valait toujours la peine, et vous receviez toujours quelque chose en retour de ce que vous lui donniez », murmurait l’une d’elles, piochée parmi les pages de ce joyeux hommage à la Ville lumière, publié en 1964. L’ouvrage fut vite propulsé à la première place des ventes de biographies et autobiographies sur Amazon. Comme un hymne à la paix et à la beauté. Les mois, les années ont passé. Paris a retrouvé ses habits de fête. La ville a boutonné ses atours de nouveaux codes et mesures de prévention. Il a fallu se familiariser avec les patrouilles militaires. Mémoriser le vocabulaire antiterroriste. S’accoutumer aux alertes et aux nouvelles attaques. »

A lire sur leur site >>