La semence retrouvée

On ne sera pas béats : la mauvaise nouvelle, c’est bien la perte de la biodiversité. La bonne nouvelle, c’est qu’il existe des gars comme Maxime Schmitt, comme le rapporte Nice Matin. Lui sillonne les vallées et les maraîchers pour retrouver le goût et la diversité perdus. Il compte aussi sur vous, si vous cultivez des semences oubliées. Vous pouvez le contacter à ce mail, et au numéro de portable donné dans la vidéo… mais que l’on ne reproduira pas ici pour sauvegarder sa tranquillité.