« Julia a conquis les cœurs avec son premier sourire. »

Dans Elle, interview de la secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées, Sophie Cluzel, au sujet de sa fille Julia :

Dans certaines familles, il y a un rejet complet de la naissance d’un enfant handicapé car il est vécu comme une honte. Pour nous, au contraire, l’arrivée de Julia a été bénéfique, aussi bien dans mon couple qu’avec les enfants. Julia a conquis les cœurs avec son premier sourire.

Mais, au début, les amis sont tristes pour vous. Ils éclatent en sanglots dans vos bras… vous n’avez pas besoin de ça. Il faut la force de se dire : « Mon enfant est différent. » Vous avez le blues. Vous vous interrogez : « Est-ce que je vais arriver à le stimuler ? » Vous allez tout lire sur Internet. Les angoisses des parents sont légitimement plus fortes avec un bébé handicapé. Il a besoin de nous plus que les autres. Par exemple, un enfant trisomique dort beaucoup. On s’inquiète qu’il ne se réveille pas pour manger. C’est là qu’on a besoin d’échanger en permanence avec ceux qui vivent une situation similaire. La solidarité des associations, des autres parents et de ma famille a été cruciale. Je conseille à tous ces parents de ne pas rester seuls et de rejoindre une association.