Médecine : quelle finalité ?

Éléonore Le Cesne, interne en médecine, s’interroge :

Les études de médecine enseignent que le médecin a une obligation de moyens en vue d’une finalité médicale. Elles n’enseignent pas que le médecin a une obligation de résultats en vue d’une satisfaction sociétale, par le biais de moyens médicaux. En conséquence, la société ne peut user de la médecine, et du médecin, pour contourner une problématique d’ordre civil et physiologique. C’est même la garantie de la liberté de la médecine vis-à-vis de toute action politique, et de tout lobbyisme. Le contraire serait à redouter.

Si on considère ce raisonnement comme dépassé, alors il faut admettre logiquement que la médecine a changé de finalité, et s’interroger : quelle est cette nouvelle finalité ? Et où nous mène-t-elle ?