La belle fragilité humaine comme une déficience

Dans FigaroVox, Damien Le Guay évoque le cas de Jacqueline Jencquel :

Considérer ainsi que la vie s’arrête avec l’autonomie, c’est refuser, pour tout un chacun, sa part de vulnérabilité. Nous en revenons là à une conception antique de la belle fragilité humaine comme une infirmité corporelle, un défaut de caractère, une déficience physiologique qui exclut de la communauté humaine. Est humain celui qui est autonome. Est en dehors de la vie, celui qui perd son autonomie. Telle est la logique du suicide assisté préventif.

À sa manière, Michel Houellebecq avait aussi mis en scène ce type d’événement…