Petit éloge de la marche par divers philosophes

Pourquoi donc tant de philosophes (et l’on pourrait probablement ajouter tant de chrétiens) font-ils l’éloge de la marche ?

C’est pour répondre à cette question et suite à une publication de Philosophie magazine intitulée Marcher avec les philosophes que France Culture a consacré une émission à cet entraînant sujet.

« Respirer l’espace en reprenant son souffle, une opération qui, si l’on y prête attention, résume ce plaisir mesuré que procure la marche en montagne et qui ne doit rien au divertissement, lequel n’est jamais satisfait et déjà se hâte vers d’autres buts. La marche au contraire est opiniâtre et concentrée sur un même objectif. La maîtrise du souffle participe et même se paie en retour de cette concentration. Le moi s’absente, c’est l’âme qui prend les commandes, cette « étincelle de la quintessence des étoiles », disait Héraclite. L’âme et le souffle ne méritent alors jamais mieux leur parenté sémantique, employés qu’ils sont à assurer la liberté du mouvement et de l’esprit. S’il existait des exercices philosophiques comme il y en a eu des « spirituels », ils pourraient commencer ainsi – je cite : « régler son pas sur son souffle et rythmer son pas selon son souffle : première maîtrise de soi, première maîtrise du monde. » Le souffle donne l’élan, il vient du fond du ventre et il constitue ce lien fragile mais réel « entre le ciel et la terre, entre ce qui n’a pas de lieu et ce corps pétri de matière vive ». »