Une sédation ‘explicitement létale’ ?

Le père Patrick Verspieren, sj, réagit à cette périphrase étonnante qu’a utilisée le CESE :

Pourquoi le CESE a-t-il choisi la sédation comme forme d’aide à mourir ? D’autres moyens seraient plus expéditifs et plus simples d’emploi. En fait, il semblerait que ce n’est qu’au cours de l’examen du texte en séance plénière que l’assemblée décida de renoncer à l’expression utilisée jusqu’alors. Le texte initial recommandait de reconnaître un droit de ‘demander de bénéficier […] d’un soin ultime appelé médication expressément létale‘…