Avez-vous déjà vu une cybersister ?

A défaut de l’avoir déjà vue, vous l’avez peut-être déjà lue sur son blog : la webattitude ! Mais vous ne saviez peut-être pas que celle qui signe la « cybersister », Sr Emmanuelle, fête ses 50 ans de vie religieuse ce qui lui a valu un bel article sur le site de l’Eglise catholique en France. On lui souhaite de bien jubiler, comme il se doit ! 🙂

(Florence de Maistre.- CEF) 

« Brune, petite et tonique, sœur Emmanuelle reçoit dans le pavillon, juste à côté d’un centre commercial, où elle vit en communauté avec deux autres sœurs âgées de 86 et 87 ans. Elle, préfère éviter de parler de son âge, mais lance : « Je suis arrivée ici le 29 février 1968, encore un anniversaire ! » Originaire de Bures-sur-Yvette en région parisienne, elle découvre la vie religieuse grâce à la communauté locale des Sœurs de l’Union Chrétienne. Elle apprécie le charisme de fraternité des religieuses et sympathise en particulier avec sœur Odette. Son conseil ? « Va voir la maison mère à Fontenay ! » La dimension d’ouverture est un des critères qui guide Emmanuelle dans son choix, la congrégation ayant une mission à La Réunion. Finalement, sa vocation s’épanouit pleinement en Vendée… et sur le web.

Grâce à sa formation initiale en secrétariat, sœur Emmanuelle enseigne au lycée Notre-Dame à Fontenay-le-Comte, d’abord auprès des élèves de BEP, puis au sein de la section médico-sociale. En fin de carrière, elle assume aussi un tiers temps de documentaliste. « J’ai connu toutes les évolutions depuis la machine à écrire mécanique. J’ai tout de suite trouvé Internet génial ! Je me suis formée sur le tas à chaque fois pour répondre aux attentes des élèves », explique sœur Emmanuelle. Aujourd’hui encore, elle aime découvrir de nouveaux outils pratiques et y initier son entourage : « j’ai proposé à notre curé d’utiliser doodle et google agenda ! » Les réseaux sociaux n’ont pas de secret pour elle, mais elle préfère prendre la parole sur son blog, « la web attitude, le blog de cybersister ». Elle l’anime sans contrainte ni de rythme, ni de style, s’autorise parfois quelques coups de gueule. « Je sens qu’il y a sur ce terrain-là une forme d’évangélisation possible. J’ai par rapport à certains évènements quelque chose à dire en tant que religieuse, en tant que chrétienne. C’est une bouteille à la mer. » Message reçu cinq sur cinq au-delà des frontières : elle a notamment reçu les encouragements de Vendéens expatriés ! »

Découvrir tout l’article par ici