Portrait du Bon berger (Questions pour le 4° dimanche du temps pascal B)

En ce 4° dimanche de Pâques B, dimanche de prière pour les vocations, la liturgie nous propose la deuxième partie (Jean 10, 11-18) de l’explication de la parabole de la porte et du berger (Jn 10, 1-10).

Mosaïque du Bon berger dans la basilique St Appolinaire la Neuve (VI° S) à Ravenne (Italie)

Voici quelques questions pour l’évangile de ce dimanche :

– Comment Jésus est-il le berger qui me guide (cf Ps 22)?
– Quels moyens est-ce que je prends pour mieux connaître Jésus, le bon pasteur?
– Quel temps est-ce que je Lui donne et Lui accorde pour qu’Il me connaisse?
– Pour qui puis-je être une aide et un guide? Qui fait confiance à ma voix?
– Quel sens est-ce que je donne à ma vie? Quelle(s) personne(s), quelles valeurs l’orientent?
Pour les couples et les (grands-) parents :
– Comment sommes-nous un pasteur pour nos (petits-) enfants? et/ou certains malheureux que nous pouvons réconforter et pour qui nous prenons des risques?
– Serions-nous prêts à ce qu’un(e) de nos (petits-) enfants quitte tout pour suivre le Christ dans le sacerdoce ou la vie religieuse ou consacrée?*
Pour ceux qui travaillent (professionnellement ou à la maison) :
– Comment est-ce que je me sens responsable de mes collaborateurs ?
– Dans quel esprit est-ce que je travaille, comme un mercenaire? comme un loup pour les autres? comme un fidèle serviteur?
Pour les ados :
– A quel(s) adulte(s) est-ce que je fais confiance en cas de difficultés?
– A quel(le)(s) ami(e)(s) pourrais-je parler de Jésus comme d’un vrai ami sur qui on peut compter en toutes circonstances
?
Pour les disciples-missionnaires :
– Quelles sont les qualités des prêtres que je connais?
– Comment est-ce que je peux aider le curé de ma paroisse à connaître ses brebis, y compris celles et ceux qui ne viennent pas à l’église pour la messe, et lui présenter des personnes que je connais qui ne sont pas chrétiennes?

 

Le thème du pasteur et du troupeau est familière à l’homme biblique (Ps 79,13; 95,7; 100,3; Nb 27,17). On rencontre aussi chez le prophète Jérémie une dénonciation virulente de ceux qui ont manqué à leur mission (Jr 23, 1-4). Nous ne manquerons pas de remarquer les deux types de brebis, celles qui le connaissent et celles qui ne sont pas de cette bergerie qui, toutes ensemble ne formeront finalement qu’un seul troupeau. Avant d’intégrer la bergerie-Église, nous faisions partie du 2° groupe.
Cela me fait penser à deux grands textes du concile Vatican II sur les chrétiens et sur ceux qui n’entendront peut-être jamais parler du Christ : le chrétien, « associé au mystère pascal, devenant conforme au Christ dans la mort, fortifié par l’espérance, va au-devant de la résurrection. §5 Et cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ, mais bien pour tous les hommes de bonne volonté, dans le coeur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière [= sa fin ultime, sa destinée] de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’être associé au mystère. » !!! (L’Église dans le monde de ce temps 22, §4-5)
Le 2° extrait est un passage clé pour le dialogue inter-religieux : « L’Église catholique ne rejette rien de ce qui est vrai et saint dans ces religions [liées au progrès de la culture, l’hindouisme, le bouddhisme, et autres religions, – l’Islam et le judaïsme sont traités à part aux n° 3 et 4; les autres confessions chrétiennes apparaissent dans un autre document : le Décret sur l’oecuménisme]. Elle considère avec un respect sincère ces manières d’agir et de vivre, ces règles et ces doctrines qui, quoiqu’elles diffèrent en beaucoup de points de ce qu’elle-même tient et propose, cependant apportent souvent un rayon de la vérité qui illumine tous les hommes. Toutefois, elle annonce, et elle est tenue d’annoncer sans cesse, le Christ qui est la « voie, la vérité et la vie » (Jn 14,6), dans lequel les hommes doivent trouver la plénitude de la vie religieuse et dans lequel Dieu s’est réconcilié toutes choses. Elle exhorte donc ses fils pour que, avec prudence et charité, par le dialogue et la collaboration avec ceux qui suivent d’autres religions, et tout en témoignant de la foi et de la vie chrétiennes, ils reconnaissent, préservent et fassent progresser les valeurs spirituelles, morales et socio-culturelles qui se trouvent en eux. » (Déclaration sur les relations de l’Église avec les religions non chrétiennes 2).

* Là est sans doute un test de l’authenticité de notre prière à cette intention…