Monachisme et zadisme, même utopie ?

C’est ce parallèle – interpellant pour un Samaritain – que défend Florian Mazel dans L’Histoire :

Le monachisme se définit également par le refus de la propriété individuelle et une hostilité de principe à l’égard des échanges marchands. […] On le voit, de nombreux rapprochements peuvent être faits avec le refus de la propriété, le souci de contrôler son alimentation, les réticences à l’égard du marché, le primat de la satisfaction des besoins…