Les droits fondamentaux, ce n’est pas dans l’abstrait !

Ce mercredi 11 avril, en commission des lois, sur la présentation du projet loi « Asile et immigration », le défenseur des droits Jacques Toubon a dû remettre en place les députés de la majorité qui critiquaient sa « vision caricaturale ». « Le fait de ne pas sélectionner les gens qui seront dans les centres d’hébergement, ce n’est pas abstrait, c’est la vie la plus concrète. C’est de savoir si je passe la nuit dans la rue ou au chaud. »