Le Samaritain

Votre site préféré porte le nom de Samaritain, en référence à la célèbre parabole du même nom (Luc 10, 30-37) pour illustrer l’amour du prochain : c’est le voyageur qui voit l’homme gravement blessé laissé inconscient par ses agresseurs, qui le soigne, le charge sur son âne pour le conduire à l’auberge pour qu’il reprenne des forces.

Le Vendredi saint,

  • les [bons] Samaritains de Jésus sont nombreux :

– Simon de Cyrène qui est réquisitionné pour l’aider à porter sa croix

– Marie sa mère, Marie de Magdala, le disciple qu’il aimait, mais aussi Nicodème et Joseph d’Arimathie qui s’occupent du corps mort de Jésus en le descendant de la croix et ne lui donnant un tombeau avant de pouvoir lui donner les soins qu’il mérite après le sabbat.

  • Jésus est le [bon] Samaritain-Sauveur de toute l’humanité blessée et laissée pour morte sur le bord de la route, à la suite des attaques du malin, mais aussi de notre propre péché, avant qu’Il ne s’arrête pour prendre soin de l’humanité toute entière et de tout ce qui fait l’humanité, en la conduisant à l’auberge-Eglise en la sauvant par la foi, en lui rendant des forces avec le St Chrême et l’huile des malades, en lui donnant le vin [eucharistique], son sang versé pour la multitude, sang de la nouvelle Alliance. Nous voyons alors bien pourquoi le Pélican a été choisi comme un des symboles du Christ. Cet oiseau, lorsqu’il n’a plus de nourriture à offrir à ses petits, pour éviter qu’ils ne meurent de faim, se pique la gorge avec son bec pour se faire saigner et les nourrir.