Dimanche soir, c’est homélie !

« Hosanna ! » Les textes du jour sont longs mais nous permettent d’entrer dans le mystère de la Passion de notre Sauveur, alors n’hésitez pas à aller les relire par là >>

(Vraie-fausse légende : Le pape François célébrant les Rameaux, un peu dégoûté de ne pas avoir d’aussi belles palmes que ses cardinaux 😉 )

Aujourd’hui, c’est donc en toute simplicité que je vous propose de découvrir l’homélie du pape François de ce matin qui porte sur les cris : « Le cri hostile du crucificateur, le cri d’amour du crucifié, et le cri d’espérance des jeunes. »

Voici le développement sur le deuxième cri :

« Le poison des réalités truquées

«Crucifie-le», cet ordre lapidaire venu de la foule, est «artificiel, construit, fait de mépris, de calomnie et de faux témoignages suscités». Une voix manipulatrice et sans scrupules qui présente des réalités truquées pour défigurer les visages, en l’occurrence celui du Christ, et les transformer en «malfaiteurs», explique François.

Des intrigues fabriquées et préfabriquées, dénonce le Saint-Père, qui tuent les rêves, détruisent l’espérance, suppriment la joie. Résultat: les cœurs se blindent, la charité se refroidit, la solidarité s’endort, les idéaux s’éteignent. Un tableau bien sombre auquel seule la Croix peut redonner des couleurs.

«Le meilleur antidote, assure François, c’est de regarder la croix du Christ» pour demeurer dans la joie. Une joie, «motif de gêne et d’agacement pour certains», parce qu’un jeune joyeux est «difficile à manipuler», estime le Pape. »

Lire l’homélie sur Vatican News >>