Les chrétiens du Congo interpellent la communauté internationale

Suite aux récentes marches anti-Kabila, appelant à la tenue d’élections au Congo, le CLC (Comité Laïc de Coordination) semble changer de stratégie. Ce collectif catholique, fer de lance de la protestation, a décrété une trêve jusque fin avril, mettant fin ponctuellement aux protestations de rues ayant fait au moins 17 morts les 31 décembre, 21 janvier et 25 février dernier. Comme le rapporte La Croix, le CLC comme la conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) effectuent actuellement des démarches pour sensibiliser la communauté internationale, alors même que le mandat d’intervention de l’ONU sur place doit être renouvelé le 27 mars :

Dimanche 18 mars, le collectif catholique à l’origine des marches de protestation anti-Kabila, le comité laïc de coordination (CLC) a écrit une lettre au secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. Dans cette lettre également envoyée à la presse, le CLC a sollicité le renforcement du rôle de l’ONU en RD-Congo et annoncé l’arrêt momentané des marches pacifiques des catholiques.

Au même moment, une délégation de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) a entrepris depuis le 17 mars, une tournée diplomatique auprès de ses partenaires européens et de l’ONU.

En l’absence de solution à cette crise démocratique le 30 avril prochain, le CLC envisage une reprise de la mobilisation.