La pétaudière d’Afrine

« La bataille d’Afrine est venue rappeler à ceux qui semblaient en douter que la guerre syrienne n’est pas encore terminée. Première grande confrontation post-État islamique (EI) sur le territoire syrien, l’offensive menée par Ankara contre les milices kurdes des YPG (Unité de protection du peuple) marque l’entrée dans une nouvelle phase du conflit, où les divergences qui avaient été mises entre parenthèses au nom de l’unité contre l’EI refont surface. Il en ressort un tableau qui, malgré les annonces victorieuses de part et d’autre, ressemble à une pétaudière que personne ne parvient à dominer complètement… »

Lire l’analyse de L’Orient-Le Jour