Notre-Dame des Landes : retour sur une décision difficile par Nicolas Hulot

On entend bien, avec le ministre de la transition écologique, que la décision du gouvernement était une décision difficile. On pourrait même ajouter, courageuse. Ce à quoi l’on assiste depuis hier, c’est en effet le camp des « pour » fustiger le gouvernement sur ce qui est considéré comme un recul, un reniement des promesses de campagne, une victoire du non-droit ou encore un déni de démocratie ; et de l’autre côté, chez les opposants, qui ont pourtant obtenu gain de cause, une tendance à pavoiser là encore contre le gouvernement qu’ils auraient mis à terre, tenu en échec.

On appréciera donc, à sa juste valeur, l’appel à l’apaisement de Nicolas Hulot, et des autres membres du gouvernement interrogés dans les médias depuis hier. La France a maintenant besoin d’un peu de cet apaisement, que l’on puisse tourner la page. Une « guerre » ne se termine jamais sans que l’on en compte les blessés. Mais il faut laisser la cicatrisation se faire et, pourquoi pas, l’accompagner. On conseillerait d’ailleurs volontiers à la journaliste de RTL qui interroge Nicolas Hulot, comme à beaucoup d’autres qui couvrent l’événement depuis hier, d’en prendre bonne note.