Les groupes d’entraide sur le net

On peut – et le refrain est même à la mode, non sans de solides raisons hélas – se désoler des effets pervers des réseaux sociaux. D’autres s’en chargent très bien, ne les privons pas du plaisir de se lamenter.

Pour notre part, n’oublions pas que ces outils peuvent encore et toujours servir à d’autres usages que défouler sa rancœur ou propager de fausses informations – et que de nombreux internautes, certes plus discrets (mais le bien a-t-il jamais fait beaucoup de bruit ?), inventent avec, l’air de rien, de nouvelles formes concrètes de solidarité. Le Parisien en donne quelques exemples dans les Yvelines.

Ca ne fera pas tout, bien sûr. Ca ne dispense pas de repenser les formes plus instituées de solidarité, bien sûr. Ca ne doit pas nous faire oublier le côté obscur de la force, bien sûr. Mais comme chantait l’autre, c’est déjà ça

A lire : Yvelines : le boom des groupes d’entraide sur le net