Bonne année, merci et à bientôt

Les principaux représentants des cultes catholique, orthodoxe, protestant, juif, musulman, et bouddhiste de France, étaient présents lors des vœux qui leurs étaient adressés par Emmanuel Macron ce jeudi 4 janvier, et dont Radio Vatican rapporte la teneur.

Des vœux en demie-teinte, entre affirmation du rôle des cultes dans les débats de bioéthique et rappel de l’autorité du gouvernement, proclamé légitime pour conduire l’adaptation des lois aux évolutions de société. Parmi les phrases les plus ambiguës de cet échange, annonciatrice des réformes à venir, on retiendra celle-ci, modèle de discours allusif et conciliant jusqu’au non-sens :

 «J’aurai à cœur que notre société puisse s’adapter aux évolutions qui sont en cours, que la loi puisse refléter celles-ci dans le cadre de ce qui est son esprit constant et que nous puissions aussi tout en accompagnant les évolutions technologiques, leur donner un cadre éthique indispensable»

Des vœux aux airs d’avertissements, posant les bases d’un futur discours présidentiel sur la bioéthique, faisant la part belle à l’opinion publique.

On notera par ailleurs le discours tenu par le Président quelques heures plus tard, à l’occasion des vœux aux ambassadeurs, au nonce apostolique en France, saluant les prises de position du Pape François : «son action courageuse est ici admirée, qu’il s’agisse de son voyage récent en Birmanie, de son action en faveur des migrants ou de son plaidoyer pour le climat et la planète» a déclaré Emmanuel Macron.