Bonne année, bonne santé ?

« Pour en revenir aux prémices de la tradition, il faut remonter plus loin encore que l’Antiquité, où les Romains lançaient des oiseaux en haut du Capitole pour qu’ils portent leurs voeœux aux confins de l’Empire. Au 1er janvier de chaque année, la liturgie de la messe reprend la bénédiction de Dieu sur Aaron d’il y a plus de trois mille ans, qui termine l’office liturgique : ‘Que le Seigneur te bénisse et te garde. Que sa face resplendisse au-dessus de toi, qu’il te soit miséricordieux ! Qu’il te montre son visage et te donne la paix !’ (d’après Nombres 6, 22-27). Dans le texte originel, la triple invocation du nom de Dieu assure à Israël la présence du Dieu de l’Alliance, source de toute bénédiction ».

Raphaëlle Simon, dans Famille Chrétienne