Le fruit de la guerre


Le pape a souhaité diffuser cette image. Chacun peut deviner l’émotion qui l’a guidé ainsi, pour qu’il veuille rappeler la réalité d’une guerre, nucléaire ou non. On pourrait traduire ainsi le texte qui accompagne la photo.

Un enfant attend son tour au crématorium pour son frère mort, dans son dos. C’est la photo que prit un photographe américain Joseph Roger O’Donnell après le bombardement atomique à Nagasaki. La tristesse de l’enfant ne s’exprime que par ses lèvres mordues et exsangues.

Le photographe lui-même a commenté ainsi son cliché.


En union de prière pour toutes les victimes de toutes les guerres, mortes ou blessés, dans leur chair ou dans leur être, de quelque bord qu’elles soient, et où qu’elles soient, d’aujourd’hui et d’hier.