« Quand ces lignes paraîtront, j’aurai quitté ce monde »

Alors que nos oreilles et nos coeurs résonnent encore de la disparition de Johnny Hallyday et de Jean d’Ormesson, et de l’évocation de leurs convictions chrétiennes, un autre géant nous quitte, géant d’un siècle, géant de la presse, qui part sur un dernier éditorial, un dernier merci, et une conviction forte :

Je ferme les yeux avec émotion sur les beautés de la création qui évoquent la plénitude vers laquelle je marche car je crois que je vais désormais Ad Deum qui laetificat juventutem meam. Vers Dieu qui réjouit ma jeunesse. Vers Celui à qui je remets mon esprit. In manus tuas domine commendo spiritum meum.

Et maintenant, par fidélité à nos aînés… donnons-leur des successeurs !