« Rendez service, le chiffre d’affaires suivra »

Ce n’est pas nécessairement l’axiome le plus connu en matière de gestion de fortune. D’autres pourraient penser au fameux « Faitesvous des amis avec l’Argent trompeur, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles », mais restons dans la finance. « Rendez service, le chiffre d’affaires suivra » était la maxime d’Emile Meeschaert.

La Croix rapporte qu’ « en 1983, Luc Meeschaert, le fils d’Émile et le père de Cédric, crée le premier fonds éthique français élaboré à la demande de sœur Nicole Reille, économe de la Congrégation Notre-Dame.» Son petit-fils Cédric  poursuit en consacrant une part notable – 30% – de son activité à des investissements responsables.

« Adopter une démarche qui a du sens et faire le bien autour de soi donnent un avantage comparatif par rapport aux autres. C’est aussi un moyen d’attirer les talents »

Il n’est pas aberrant de penser que faire le bien n’est pas forcément un martyre, mais peut aussi être prosaïquement bénéfique. S’il faut cela pour convaincre, il ne faut pas hésiter.

Illu : Vladimir Bleochkine pour The Noun Project