À l’ENA avec Hollande, aujourd’hui Présidente du Service Jésuite des Réfugiés

Foin de François (l’autre), Véronique Albanel préfère mentionner d’autres influences dans son parcours qui l’a menée de l’ENA au JRS (Jesuit Refugee Service) ou Service Jésuite des Réfugiés :

« La découverte de l’œuvre de Hannah Arendt fut un cadeau, le miracle d’une rencontre extrême, plus qu’intellectuelle, que je ne m’explique pas. J’ai découvert comment une auteure juive avait reconnu le pouvoir de pardonner, interprété par Jésus de Nazareth, réveillant et universalisant ainsi le christianisme. Comment elle avait travaillé les notions de responsabilité, individuelle et collective, face au mal ».

 

Entretien avec Frédéric Mounier dans La Croix