Une traçabilité des fœtus trisomiques 21 ?

Pendant que dans l’état d’Ohio le Sénat vote l’interdiction du dépistage prénatal pour la trisomie 21, en France…

« Obligation est faite aux biologistes chargés des calculs de risque maternel de colliger toutes les données des tests réalisés chez les femmes enceintes : résultats des marqueurs sériques maternels et mesure de la nuque fœtale, calculs de risque, caryotypes éventuellement effectués ainsi que l’issue des grossesses. Puis la totalité des informations recueillies est transmise à l’Agence de la Biomédecine (ABM) chargée de les communiquer à d’autres instances : Haute Autorité de Santé (HAS) et Fédération des réseaux de périnatalité. Ceci équivaut bien à l’instauration d’un fichier national incluant environ 700 000 femmes enceintes testées/an sur l’éventuelle trisomie 21 de leur enfant ».

Lire la tribune du docteur Patrick Leblanc