Pauvreté en France : urgence et solidarité

rapscLe Secours catholique a publié ce 9 novembre son rapport sur l’état de la pauvreté en France. Comme sa Présidente Véronique Fayet l’indique dans une interview au journal Le Monde :

La pauvreté ne recule pas. Les personnes rencontrées disposent d’en moyenne 548 euros par mois, 3 euros de plus qu’en 2010 ! Celles qui ont un revenu – et 52 % des personnes accueillies sont actives – voient, elles, leurs ressources progresser, dans la même période, de 10 euros, bien moins que le renchérissement du coût de la vie.

Enfin, près d’un ménage sur cinq (19 %) n’a aucune ressource, soit cinq points de plus qu’en 2010, dont 53 % d’étrangers. On assiste donc à une stagnation sans amélioration, avec le risque d’une banalisation car tout semble indiquer que, depuis quatre ou cinq ans, on s’habitue à ces taux élevés d’une pauvreté qui touche par ailleurs maintenant près de 3 millions d’enfants.

Outre l’urgence de remettre en oeuvre une solidarité en actes et en moyens, le rapport insiste sur l’importance de lutter contre les préjugés qui entourent la pauvreté. Comme l’indique l’historienne Axelle Brodiez-Dolino dans une interview à La Vie, ils constituent une double peine pour les pauvres :
De tout temps, ces discours infondés ont provoqué chez les précaires une vraie souffrance. Ils subissent une double peine : en plus des conditions de vie les plus dures, ils doivent subir un regard social injuste.
Un appel pour tous, donc, à une contribution accrue fonction de ses moyens, à un engagement politique et citoyen pour que soit mieux traité l’accompagnement de la pauvreté en France mais aussi à une conversion du regard !…
On retrouve l’intégralité du rapport en cliquant ICI.