16 octobre 1793

« Je demande pardon à tous ceux que je connais, et à vous, ma sœur, en particulier, de toutes les peines que, sans le vouloir, j’aurais pu leur causer. Je pardonne à tous mes ennemis le mal qu’ils m’ont fait. Je dis ici adieu à mes tantes et à tous mes frères et sœurs. J’avais des amis ; l’idée d’en être séparée pour jamais et leurs peines sont un des plus grands regrets que j’emporte en mourant ; qu’ils sachent du moins que jusqu’à mon dernier moment j’ai pensé à eux.
Adieu, ma bonne et tendre sœur ; puisse cette lettre vous arriver ! Pensez toujours à moi ; je vous embrasse de tout mon cœur, ainsi que ces pauvres et chers enfants. Mon Dieu, qu’il est déchirant de les quitter pour toujours ! Adieu, adieu ; je ne vais plus m’occuper que de mes devoirs spirituels ».

Dernière lettre de Marie-Antoinette

De Jean Vanier à Martin Steffens

« À la suite d’un souci de santé sans gravité, Jean Vanier ne pourra assurer sa conférence. Il se réjouit que Martin Steffens, conférencier et auteur de nombreux ouvrages parmi lesquels La Vie en bleu, ait accepté de traiter du thème de l’angoisse, ce mercredi 18 octobre. Nous souhaitons un prompt rétablissement à Jean Vanier ».

Fondation OCH

Un étendard marial ?

« Il y a deux dimension dans cette querelle, d’abord une dimension proprement politique à propos de la construction européenne ; et une dimension symbolique, lorsque Mélenchon a mis en cause le drapeau aux douze étoiles sur fond bleu : ‘Franchement, on est obligé de supporter ça ? C’est la République française, pas la Vierge Marie' ».

Gérard Leclerc sur France Catholique

Cardinal Lustiger : nous rendre capables de Dieu

« L’historien Benoît Pellistrandi revient sur son parcours à travers diverses anecdotes et archives. Innovant et intuitif en liturgie, attentif à la formation des fidèles, Jean-Marie Lustiger instruit véritablement le diocèse de Paris. Qu’en reste-t-il aujourd’hui ? ‘La question n’est pas d’entretenir une nostalgie mais de comprendre ce que sa personnalité nous dévoile de réalités parfois cachées, parfois au contraire très visibles de notre histoire, et comment – par sa pédagogie – il nous a rendus capables d’écouter la Parole de Dieu' ».

Écouter sur Radio Notre-Dame