Des choix collectifs portant le souci des plus fragiles

« Nous vivons en société, nous faisons société. Nous sommes interdépendants. Comment la transgression, même exceptionnelle, de l’interdit de tuer, pourrait-elle être sans effet sur tous ceux dont la mort approche et ceux qui les accompagnent ? La SFAP en appelle à une société solidaire dont les choix collectifs portent le souci des plus fragiles ».

Le communiqué de la SFAP