Le Prix Nobel de la paix contre les armes nucléaires

 

L’occasion de rappeler que le Pape François s’est engagé dans cette lutte contre les armes nucléaires :

Dans son message du 1er janvier 2017, dédié à la non-violence à l’occasion de la Journée mondiale de la paix, il adresse un appel à la communauté internationale «un appel en faveur du désarmement, ainsi que de l’interdiction et de l’abolition des armes nucléaires : la dissuasion nucléaire et la menace de la destruction réciproque assurée ne peuvent pas fonder ce type d’éthique».

En mars de cette année enfin, le Pape François encourage avec un message les participants de la conférence de l’Onu pour l’approbation d’un Traité sur l’interdiction des armes nucléaires. Le Pape répète alors l’urgence de s’engager pour un monde sans armes nucléaires. «Nous devons aussi nous demander,écrit-il alors, si un équilibre basé sur la peur est durable, quand il tend, de fait, à augmenter la peur et à miner les relations de confiance entre les peuples.»«L’objectif final de l’élimination nucléaires, conclut-il alors, devient autant un défi qu’un impératif moral et humanitaire.»

 

Le secrétaire du Saint-Siège pour les relations avec les États, Mgr Paul Richard Gallagher, a signé et ratifié, mercredi 20 septembre au siège des Nations unies à New York, le traité sur l’interdiction des armes nucléaires. Ce traité avait été voté le 7 juillet dernier par les États membres de Nations unies et, le Saint-Siège, pourtant simple observateur, avait été autorisé à voter : le premier vote de son histoire dans le cadre de l’ONU. Le Saint-Siège est le troisième État à ratifier ce traité. (La Croix)