Hep garçon, un enfant !

« En avril 2014, la couverture de l’hebdomadaire américain Bloomberg Businessweek affichait le slogan Freeze your eggs, free your career — Congelez vos ovocytes, libérez votre carrière. Une manière de plier la biologie aux exigences sociétales. La même année Facebook et Apple annonçaient leur intention de proposer à leur personnel féminin la prise en charge financière d’une telle congélation — histoire de permettre d’optimiser les carrières en mettant en veilleuse le projet d’enfant. Une pression douce qui en dit long sur la conception 2.0 de la vie privée dans la Silicon Valley… »

Entretien Jean-François Bouvet – Eugénie Bastié

Il n’est pas possible qu’une fois mort, on ne soit vraiment que poussière

« Quelques jours avant sa mort, Édith Piaf dit à son infirmière :

‘Il n’est pas possible qu’une fois mort, on ne soit vraiment que poussière… Il y a quelque chose qui nous échappe, que nous ne connaissons pas… Je crois en Dieu. Il serait trop injuste que ceux qui ont souffert sur cette terre ne trouvent la paix que réduits en poussière. Le Paradis viendra… après le Jugement dernier' ».

Fanny Leroux, sur Aleteia.fr

 

Au milieu de la nuit, un cri se fait entendre

« Jean Vanier propose un chemin de paix, de rencontre, de dialogue, de reconnaissance de notre humanité commune. Ce cri doit être entendu, quand il semble que le monde ait plus à cœur de se séparer, de se distinguer, de se dissocier.

Née dans une petite commune française de l’Oise, Trosly, l’Arche est aujourd’hui présente sur tous les continents, dans 37 pays, au Nicaragua, au Bangladesh, à Bethléem. Sans bruit, sans tintamarre, comme une brise légère.

Au milieu de la nuit, un cri se fait entendre ».

Koz chez Koztoujours

Pensée du jour

Sommes-nous dans le chemin du Christ ? C’est la question qu’il faut nous poser dans toutes les circonstances de la vie.

Henri Tisot

Parole du jour

Celui qui se fera petit comme cet enfant,
Celui-là est le plus grand dans le royaume des Cieux.
Et celui qui accueille un enfant comme celui-ci en mon nom,
Il m’accueille, moi.

Matthieu 18