William Friedkin : d’un Exorciste à l’autre

William Friedkin, réalisateur de L’Exorciste, a rencontré le père Amorth, à l’époque exorciste du Vatican.

« Quel effet cela fait-il d’assister à une scène d’exorcisme ? ‘C’est troublant. Terrifiant. J’étais très proche d’elle, à moins d’un mètre. C’est une femme séduisante et intelligente que l’on voit changer totalement de personnalité. Qui souffre d’un mal qu’elle ne contrôle pas et que les médecins ne peuvent guérir. Elle prétendait être possédée par Satan lui-même. L’exorcisme, qui a finalement échoué, se déroulait en latin : elle répondait aux questions en italien et en latin, alors qu’elle ne connaît pas cette langue. Mais le démon, visiblement, si' ».

Nicolas Didier sur telerama.fr