De la véracité à l’authenticité

« Dans un article donné cet été au Wall Street Journal, Mark Lilla fait part de son désarroi de professeur : ‘Je suis frappé par la différence de plus en plus sensible qui existe entre mes étudiants conservateurs, qui se montrent capables d’entrer en dialogue, parce qu’ils font référence à des principes généraux et les étudiants de gauche, qui s’expriment en tant que ceci, ou en tant que cela, bref au nom de leur appartenance. De ce fait, ils éprouvent beaucoup de difficultés à entrer en dialogue avec quiconque n’appartient pas à leur groupe d’appartenance’. Les positions ne peuvent plus être évaluées en fonction de leur véracité, mais de leur authenticité. On ne cherche plus à distinguer le vrai du faux, mais le pur de l’impur – le degré d’authenticité par rapport à la culture invoquée à l’origine de son identité ».

Le Tour du monde des idées, par Brice Couturier