La mort du lieutenant Péguy

« Je me porte admirablement. Une fois sur les routes, je me suis retrouvé le marcheur que j’étais il y a vingt ans. Je périrai peut-être, je ne crèverai pas. Quoiqu’il y ait, une fidélité éternelle mais une fidélité sans deuil. Tant de choses m’ont été données ».

Lire plus sur radiovaticana.va