Je n’ai pas d’or ni d’argent, mais ce que j’ai je te le donne

« Frères et sœurs, à la suite de Pierre, c’est ce que chaque prêtre rencontré durant votre vie, peut vous redire. Le prêtre diocésain est pauvre. Je ne parle pas ici de la pauvreté financière – laissons cela à nos chers amis religieux qui en font un vœu -, il est surtout pauvre en son humanité, porteur d’un trésor inestimable dans un vase d’argile. Pauvre de ses faiblesses, pauvre de son péché, pauvre de cette croix intérieure : l’inadéquation réelle entre son état d’homme pécheur et sa vocation de pontifex, de pont entre Dieu et les hommes ».

Lire l’homélie de l’abbé Christian Venard