CCNE et PMA : un avis alambiqué non consensuel

« En admettant que l’on puisse priver délibérément un enfant de père, le CCNE remet gravement en cause les droits de l’enfant et les principes fondateurs de la bioéthique française ».

Lire les réactions de Caroline Roux et Tugdual Derville (Alliance Vita)