Le diable, une figure symbolique ?

« Il faudrait dire de saint Pierre qui parle du ‘diable cherchant qui dévorer’ (1 P 5, 8), ou de l’apôtre Paul qui affirme que ‘nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les princes de ce monde de ténèbres’ (Ep 6, 12), qu’ils dépendaient exclusivement d’un contexte un peu puéril qui suscite aujourd’hui le sourire en coin des sages et des intelligents adeptes du tout psychologique… Saint Ignace serait effondré de voir ainsi anéanti le premier des Exercices : ‘Cet exercice de la mémoire sur le péché des anges consiste à se remettre dans la pensée comment ils furent créés dans l’état d’innocence ; comment ils refusèrent de se servir de leur liberté pour rendre à leur Créateur et Seigneur l’hommage et l’obéissance qui Lui étaient dus ; comment, l’orgueil venant à s’emparer de leur esprit, ils passèrent de l’état de grâce à un état de malice, et furent précipités du ciel en enfer' ».

Père Luc de Bellescize dans Famille Chrétienne