Peut-on rire de tout ?

« Principe numéro un, donc : rire de tout ! De la vie comme de la mort, du crime et du mensonge, du faux sérieux et du grandiloquent, de l’hypocrisie et du reste. Nietzsche attendait patiemment ce « grand rire qui ferait éclater le cosmos ».

Mais il serait fou de s’arrêter là. Trop facile. Trop court. Il faut adjoindre deux remarques essentielles. Primo, chaque époque en matière de rire a tendance à sélectionner ses cibles en épargnant les autres. Or, le vrai courage, le seul qui compte, consisterait à braver les tabous du moment, pas ceux d’avant-hier. Aujourd’hui, on ose rarement rire du fric, du médiatique, du riche à paillette. On épargne d’instinct ceux que l’époque vénère : gagneurs cyniques, bavards à la mode, mondains branchés, etc. »

Jean-Claude Guillebaud sur lavie.fr