La femme adultère, un texte misogyne

La Vie a interrogé l’avocat de l’instituteur suspendu dans l’Indre pour avoir trop fait étudier la Bible à ses élèves.

Parmi les péripéties révélatrices de l’analphabétisme religieux de l’Education Nationale, entre autres secteurs de nos sociétés (des responsables de la lutte contre la radicalisation, selon Mgr Justin Welby, jusqu’aux études de journalisme) et sans nous attarder sur la conception dévoyée de la laïcité dont témoigne cette procédure, relevons cette perle :

Mais on nous a accusé de tout et son contraire. Par exemple, on a reproché à mon client d’avoir fait étudier l’épisode de la femme adultère, sous prétexte que c’est un texte misogyne, parce que c’est à une femme qu’on reprochait l’adultère…

Outre le fait que Jésus y réprimandait exclusivement des hommes – dans une société qui, elle, comme d’autres, pouvaient encourir le soupçon de misogynie – faut-il suggérer à l’Education Nationale, qu’à ce compte les évangiles seraient surtout frappés de misandrie ?

Car, de vous à moi, entre Jésus et les deux larrons, ce ne sont que des hommes qui finissent en croix ! Est-ce que c’est vraiment bien tout normal des fois, dites-moi ?

Touristes en prière

« D’un malheur il y a toujours quelque chose de positif. Je remercie le personnel de la cathédrale d’avoir si bien mené ce temps difficile qui a peut-être permis à des gens qui passent habituellement deux ou trois minutes dans la cathédrale, de passer deux heures pour prendre le temps de regarder et de prier intérieurement ».

Mgr Patrick Chauvet sur famillechretienne.fr

Il y a bel et bien une terreur de la vie qui habite l’époque

« À force d’être obsédés par les germes ou les virus, à force de traquer partout les odeurs et les « imperfections », à force de réclamer des normes et des chaînes du froid de toutes sortes, on participe d’une horreur et d’une crainte qui n’osent pas dire leur nom. Une crainte de la vie, tout simplement. Il y a bel et bien une terreur de la vie qui habite l’époque. Par essence, la vie est imparfaite, odorante, transpirante, charnue, diverse, périssable. Elle grouille et elle criaille comme un marché. Elle est rebelle à la conformité, rétive à la norme. Elle est aussi – évidemment – porteuse d’aléas et d’impuretés. L’élimination programmée de tout cela est bien un affreux fantasme hygiéniste, c’est-à-dire un fantasme de mort… »

Jean-Claude Guillebaud sur lavie.fr

Pensée du jour

Il faut abandonner le passé à la miséricorde de Dieu, le présent à la fidélité, l’avenir à la divine providence.

Saint François de Sales

Parole du jour

Et Raphaël fut envoyé pour les guérir tous deux :
À Tobith pour enlever le voile blanchâtre qui couvrait ses yeux
Afin que, de ses yeux, il voie la lumière de Dieu,
Et à Sarra, fille de Ragouël,
Pour la donner en mariage à Tobie, fils de Tobith,
Et expulser d’elle Asmodée, le pire des démons.

Tobie 3

Saint Joseph et Sainte Trinité

« Saint Joseph est au cœur du plus grand et du plus beau mystère : la Sainte Trinité.
En effet, en révélant à Joseph que l’Esprit est à l’œuvre dans la maternité de Marie (cf. Mt 1,20), l’ange fait plus que nommer l’Esprit-Saint : il révèle à Joseph la personne et le rôle de l’Esprit. Joseph rencontre alors le Saint-Esprit dans son œuvre de maternité divine. Certes, cette expérience de l’Esprit n’est pas immédiate, comme le fut celle de Marie à l’Annonciation, mais il a été donné à Joseph de reconnaître et d’accueillir l’œuvre de l’Esprit en Marie. Dès lors, Joseph reçut tout ensemble l’Enfant et le Père, selon ce que Notre Seigneur enseigne : « qui m’accueille accueille celui qui m’a envoyé » (Mt 10,40).
Saint Joseph initie-nous au mystère de la Sainte Trinité, prends-nous dans ta maison à Nazareth ! »

Pensée pour saint Joseph

La communauté Saint Martin s’implante dans deux nouveaux diocèses

« À compter du mois de septembre prochain, la communauté Saint-Martin sera présente dans deux nouveaux diocèses français : Aix et Arles, et Tulle. Pour le premier, la communauté Saint Martin s’implantera en Arles, pour le second à Brive-la-Gaillarde, et ce à la demande des évêques respectifs de ces deux diocèses, Mgr Christophe Dufour et Mgr Francis Bestion ».

Lire plus sur famillechretienne.fr

Suite à l’attaque à Notre-Dame…

À la suite de l’agression d’un policier sur le parvis de Notre-Dame durant l’après-midi du mardi 6 juin, le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, tient à remercier les forces de l’ordre, particulièrement exposées, qui veillent depuis des mois sur la sécurité des milliers de touristes et de fidèles qui entrent quotidiennement dans la cathédrale. Il salue tout spécialement le policier blessé et ses collègues de patrouille pour leur réaction. Il remercie également l’ensemble du personnel de la cathédrale qui a accompagné le confinement de près d’un millier de personnes dans la nef et les tours de Notre-Dame pendant plus de deux heures.